Retour réflexif sur la notion de pluriparentalité

Par Agnès Fine
Historienne et anthropologue,
directrice d’études à l’EHESS, Paris

Le concept de pluriparentalité, dérivant de celui de parentalité, traduction française de parenthood, il convient tout d’abord de s’intéresser à ce que recouvre ce dernier.

On dispose pour cela de plusieurs mises au point sur l’histoire de son apparition et de son usage dans le champ social et scientifique, en Europe et aux Etats-Unis. Celle de Yazid Ben Hounet[1] est particulièrement utile en ce qu’il s’appuie sur une large bibliographie sociologique, psychologique et anthropologique et en fait remonter l’histoire à la fin du XIXe siècle. Je me contenterai de rappeler ses deux acceptions principales.

Le concept a été utilisé surtout dans le champ social dans une perspective de politique publique de protection de l’enfance visant à définir les bonnes manières d’être parents, face aux défaillances réelles ou supposées des parents. L’intervention sociale concerne en particulier les mères isolées (célibataires, veuves, séparées ou divorcées) de milieux modestes, ce qu’on a appelé les familles monoparentales, plus tard, les pères divorcés ou séparés, jugés trop absents ou défaillants. En outre, il a eu une certaine fortune dans le champ psychologique et psychanalytique en désignant l’aptitude psychique à devenir un bon parent.

Mais il a été donné au terme parentalité un autre contenu, en particulier en anthropologie. Il réfère aux seules relations entre les parents et les enfants, une partie seulement du champ de la filiation (descent en anglais) qui, elle, recouvre une réalité beaucoup plus large, puisqu’elle définit l’appartenance d’un individu à un groupe de parenté en fonction du système de filiation de la société étudiée. Les anthropologues se réfèrent souvent à l’analyse de ses différentes composantes que précise en 1982, puis en 1999, l’anthropologue anglaise Esther Goody[2]. Elle énumère cinq éléments distincts :

  • concevoir et mettre au monde,
  • donner une identité à la naissance (élément juridique),
  • nourrir,
  • éduquer, élever, former,
  • garantir l’accès de l’enfant au statut d’adulte (accès aux biens, à un métier, au mariage).

Elle montre que si ces fonctions sont le plus souvent assumées par les mêmes personnes dans nos sociétés, le père et la mère, sur son terrain africain, elles sont parfois dissociées entre plusieurs adultes, ce qu’elle a pu observer en travaillant sur l’adoption au Ghana et plus largement dans l’Afrique de l’Ouest. Cette analyse a été reprise en 2004 par M. Godelier[3] qui reformule certaines d’entre ces composantes et en ajoute deux :

  • prendre part à la conception et à la mise au monde d’un enfant,
  • élever, nourrir, protéger l’enfant jusqu’à ce qu’il accède à l’autonomie,
  • éduquer, instruire, former l’enfant à la vie sociale,
  • exercer sur la personne de l’enfant certains droits, assumer également des devoirs à son égard, être responsable de ses actes,
  • doter d’un nom et d’un statut social, induisant l’accès à un ensemble de droits et de biens,
  • avoir le droit d’exercer certaines formes d’autorité sur l’enfant et de le punir,
  • s’interdire d’entretenir des relations sexuelles avec cet enfant, en vertu des règles de prohibition de l’inceste.

Si cette dernière composante est importante à signaler, celle relative à la relation d’autorité semble redondante avec les points 3 et 4, l’autorité sur un enfant n’étant qu’une des manières de le former, et faisant partie généralement des devoirs des parents. Quant à la nouvelle rédaction de la première composante « prendre part à la conception et à la mise au monde des enfants », elle est sans doute due à la volonté de M. Godelier d’intégrer les tiers dans la procréation médicalement assistée. Il est cependant une composante qui manque et qui concerne les « parents d’intention », de même sexe et/ou de sexe différent, comme le remarque très justement Flavio Tarnovski, dans sa thèse sur la paternité gay en France[4].

La décomposition des diverses fonctions de la parentalité a été très utile pour penser la notion de pluriparentalité qui recouvre, de manière extensive, l’ensemble des personnes qui occupent à des degrés divers des positions ou des fonctions parentales vis-à-vis de l’enfant, aussi limitées soient-elles : avoir contribué par un accouchement, le don de son sperme ou d’un ovocyte, à la naissance d’un enfant, ou encore avoir contribué à son éducation. Ce concept est apparu plus tard que celui de parentalité, dans les années 90, et il s’est inscrit à l’origine dans le champ scientifique, avant d’être adopté dans le champ social, dans le débat public et la sphère politique. Son histoire, les critiques qui lui ont été portées sont étroitement liées au contexte politique, dans la mesure où il a été perçu comme pouvant servir ou desservir des causes militantes dans le domaine de la parenté. Comme j’en suis une des promotrices, je me suis livrée dans le cadre de cet exposé, non pas à une histoire précise de son usage, qui reste à faire[5], mais plus modestement à un retour réflexif sur mes propres travaux, pour essayer d’en saisir la genèse et la manière dont je l’ai compris et utilisé.

Des parentés additionnelles

À la fin des années 1980, au sein du GRIEF[6], je travaille sur l’un des thèmes de notre réflexion collective interdisciplinaire qui porte sur la procréation. Nous l’abordons sous divers angles disciplinaires, historique, juridique, anthropologique et philosophique. Cette recherche collective est publiée en 1991 dans un numéro de notre revue, sous le titre Se reproduire est-ce bien naturel ?. Mon texte quant à lui s’intitule « Des parents en plus »[7]. Comme je travaille depuis plusieurs années déjà sur mon doctorat d’État en anthropologie, sur la parenté spirituelle dans le monde chrétien et les fondements symboliques de l’interdit de l’inceste spirituel[8], je suis amenée à réfléchir sur ce que les anthropologues ont nommé les parentés parallèles, les parentés fictives, ou encore les parentés électives, celles qui sont créées non pas par la naissance ou le mariage, mais par un rite spécifique. Ces parentés parallèles prennent pour modèle les trois liens constitutifs de la parenté, les liens de filiation, les liens d’alliance ou encore les liens de germanité, et elles sont d’une grande efficacité dans la réalité sociale. Le parrainage créé par le rite du baptême, considéré comme une seconde naissance dans le monde chrétien, en est une forme remarquable, qui prend pour modèle la paternité et la maternité tout en s’en distanciant, pour mieux marquer sa spécificité de parenté posée comme supérieure à la parenté charnelle. A cette relation verticale entre parrain, marraine et filleul, s’ajoute sur le plan horizontal, la relation de compaternité et de commaternité, car le baptême crée également entre les parents de naissance et les parents spirituels qui ont contribué à faire renaître l’enfant, une relation d’amitié à la vie à la mort. On peut la rapprocher aussi bien des liens d’alliance que de germanité, les compères étant comme des alliés mais aussi comme des frères rituels, les relations sexuelles entre compères et commères étant rigoureusement interdites et constituant un inceste gravissime.

Or, en lisant des témoignages sur les premières expériences de mères porteuses en France et aux Etats-Unis, je suis frappée par la référence au marrainage faite par les femmes qui aident une sœur ou une amie stérile en portant leur enfant à leur place. Elles ne se considèrent pas comme des mères, mais plutôt comme des marraines, la figure positive de la marraine, une deuxième mère, étant disponible dans notre société pour caractériser cette pratique totalement nouvelle. Certaines d’entre les femmes porteuses qui n’ont pas de lien de parenté avec le couple demandeur, créent des liens d’amitié à l’occasion de leur grossesse et de leur accouchement et déclarent qu’elles ont « agrandi » leur famille. Je cite même dans ma contribution le cas d’une « mère d’intention » qui donne le prénom de la mère porteuse à sa fille, comme il est courant de le faire entre marraine et filleule. Or ces expériences de relation directe entre les femmes concernées sont bientôt interdites par la loi en France, y compris le don d’ovocytes. Les règles institutionnelles des CECOS régissant depuis longtemps l’IAD[9] et imposant l’anonymat du donneur, s’étendent au don d’ovocytes, rendant ainsi désormais impossible toute relation entre donneuses et récipiendaires. Ces législations se coulent dans le moule de la procréation « naturelle » en donnant toute sa place au seul couple de deux parents, un homme et une femme, en effaçant l’intervention d’un tiers, suspecté de devenir un concurrent des parents. Je conclus ma contribution sur le sens que revêt la règle de l’anonymat des dons de gamètes, celui de faire disparaître du champ de la procréation, les « parents en plus », les « parents additionnels », car c’est ainsi que je les désigne, alors que ces derniers ne cherchent pourtant pas à s’imposer dans le champ de la filiation.

J’approfondis ces mêmes thématiques dans un second texte[10] paru en 1992, qui reprend la même analyse mais en décrivant de manière plus systématique les parentés parallèles dans nos sociétés, en distinguant celles qui sont verticales (calquées sur la filiation) et les parentés horizontales dont le modèle est plutôt la germanité.

Cependant en 1998, la publication d’un ouvrage collectif d’anthropologie réunissant de manière comparative des recherches sur l’adoption et la filiation menées par des anthropologues sur des terrains lointains et des recherches sur des terrains européens[11], me donne l’occasion dans la première page de l’introduction d’utiliser pour la première fois le terme de pluriparentalité. Partant du constat de l’augmentation croissante de nouvelles filiations électives dans l’adoption, dans les procréations médicalement assistées et dans les familles recomposées après divorce, et du fait que « la filiation est traditionnellement fondée en Occident sur le principe d’exclusivité[12], -un enfant ne peut avoir qu’un seul père et qu’une seule mère- et sur la valorisation des liens de sang, » je m’interroge sur la manière dont notre société va « affronter la pluriparentalité ». J’avoue ne pas m’être interrogée outre mesure à l’époque sur le vocabulaire qu’il était pertinent d’utiliser pour désigner une réalité dont je découvre l’importance et dont je souhaite surtout enrichir l’analyse. C’est ce qui advient effectivement dans le cadre de l’approfondissement de la thématique de l’adoption dans les sociétés occidentales.

Parents de sang et parents adoptifs

Dans les années 1995-99, je dirige en effet une recherche collective d’anthropologie sur l’adoption dans nos sociétés, en collaboration avec une équipe de juristes à Toulouse. Ce qui m’amène à séjourner à Berkeley en 1996 où les chercheurs américains que j’y rencontre me font découvrir l’open-adoption. Il s’agit d’une nouvelle forme d’adoption qui existe déjà depuis déjà deux décennies aux Etats-Unis, dans laquelle parents de sang et parents adoptifs ont des communications les uns avec les autres avant et/ou après l’adoption de l’enfant, alors que la seule forme légale d’adoption est l’adoption plénière qui rompt définitivement la filiation d’origine pour la remplacer par la filiation adoptive. Mes collègues juristes français sont stupéfaits de la découvrir, ce qui nous incite à préparer un livre collectif interdisciplinaire de juristes et anthropologues, français et américains (USA et Canada) dont la problématique repose entièrement sur les rapports respectifs entre parenté de sang et parenté adoptive en Amérique et dans plusieurs pays européens[13].

Dans mon introduction au livre (p. 5-19), je présente les quatre points essentiels qui font la spécificité de l’adoption américaine : d’abord l’antériorité des lois sur l’adoption des mineurs qui précèdent de plus de 70 ans celles qui furent votées en Europe ; le poids des groupes de pression qui défendent leurs droits, en particulier les associations d’adoptés et les associations des parents naturels ayant abandonné leurs enfants, qui depuis la fin des années 70, ont contribué à modifier le processus adoptif[14] ; la diversité législative entre Etats qui offre aux utilisateurs une certaine marge de manœuvre, enfin la place privilégiée de l’initiative privée qui contraste fortement avec le monopole étatique en Europe, en particulier en France. Ce sont ces quatre facteurs qui expliquent l’institutionnalisation aux Etats-Unis de « l’adoption ouverte » des jeunes enfants car elle répond depuis longtemps à une demande tant des parents adoptifs que des parents biologiques au point que les agences qui n’offrent qu’une adoption fermée, confidentielle et anonyme, périclitent faute de clients. Les contributions des chercheurs états-uniens et canadiens présentent la diversité de la place des parents d’origine selon les différents types d’adoptions et les enquêtes mettent en évidence que les contacts entre les parents de naissance et les parents adoptifs sont surtout fréquents au moment où l’adoption est en train de se faire mais qu’ils se raréfient avec le temps. Parfois cependant il existe des contacts plus soutenus et même une sorte de réappropriation de l’adoption par le parent de naissance biologique qui peut choisir les parents adoptifs.

L’introduction présente donc l’open adoption américaine qui contraste de manière saisissante avec le secret dans l’adoption prédominant en France et dans la plupart des pays européens, non plus le secret sur l’adoption elle-même, mais sur l’identité des parents de naissance qui, généralement, ne peuvent connaître ou avoir des relations avec les parents adoptifs de leur enfant. J’esquisse l’histoire comparée (Amérique/Europe) de l’adoption, pour mettre en évidence en quoi l’adoption secrète tout d’abord, puis le secret sur l’identité des parents de naissance répondent à un modèle de substitution, les parents adoptifs devant se substituer aux parents de naissance, modèle qui a présidé à l’organisation de l’adoption des mineurs dans l’Europe occidentale et l’Amérique du Nord pendant plusieurs décennies. Enfin, je montre comment ce modèle est lié à notre système de filiation assimilé dans les représentations communes de nos sociétés à la reproduction biologique et au « principe d’exclusivité » que j’ai déjà évoqué, selon lequel chaque individu n’est mis en position de fils ou de fille que par rapport à un seul homme et à une seule femme. Ceci explique la tentation d’éliminer du champ social et juridique de l’adoption les parents de naissance. L’adoption plénière introduite en France en 1966, est l’outil juridique adéquat pour mettre en œuvre ce modèle de substitution. Les parents de naissance ne le sont plus sur le plan juridique, et jusqu’à la mise en place de l’open adoption, ils n’existent pas dans l’histoire de l’enfant, a fortiori dans sa vie.

Dans cette introduction, je montre la difficulté pour nos sociétés à admettre les pluriparentalités, en rapprochant le secret dans l’adoption et l’anonymat dans les procréations médicalement assistées dont la fonction est d’éliminer définitivement aussi bien dans les pratiques sociales que dans le droit, les « parents en plus », c’est-à-dire les parents de naissance dans l’adoption, et le géniteur ou la donneuse d’ovocytes dans les procréations médicalement assistées. J’évoque par contraste les pluriparentalités réelles incarnées par les parents et les beaux-parents dans les familles recomposées après divorce. En effet, pendant la même période, des recherches se sont développées sur ces familles à l’initiative des sociologues, en particulier Irène Théry[15]. Les premières thèses sur les familles recomposées après divorce[16] débutent dans les années 1995 et sont soutenues en 2000, apportant beaucoup d’éléments très riches sur cette forme spécifique de pluriparentalité entre père et beau-père, mère et belle-mère. Dans le livre collectif sur l’adoption dont il est question, Agnès Martial, est l’auteure d’une contribution sur l’adoption de l’enfant du conjoint en France à laquelle fait écho celle de l’américaine Mary Ann Mason. Toutes les deux s’interrogent sur le rôle du beau parent co-éducateur au quotidien de l’enfant avec lequel il co-réside et co-responsable de son entretien sur le plan financier. Leurs textes mettent au jour une forme évidente de pluriparentalité, alors même que n’existe aucune ambiguïté sur le statut juridique du beau parent, bien distinct de celui de père ou de mère. Agnès Martial montre comment les beaux-parents, en particulier les beaux-pères parce qu’ils sont plus souvent présents au foyer de résidence des enfants confiés à la mère, deviennent des co-éducateurs dès le jeune âge de leur bel-enfant, et en accomplissent les tâches quotidiennes que le père ne peut pas assumer (soutenir financièrement, nourrir, amener à l’école, faire travailler, choyer, jouer). Ils deviennent des quasi-pères de leur bel-enfant, de sorte que la relation se transforme parfois en relation juridique de paternité avec l’adoption de l’enfant du conjoint. L’introduction se termine enfin sur des questions plus générales que je me permets de citer : « On le voit, les recompositions familiales après divorce, tout comme l’adoption, posent de manière très concrète la question de la définition du parent. Est-ce celui qui a donné naissance et qui a reconnu son enfant comme son fils ou sa fille ? Celui qui a une obligation d’entretien à son égard ? Celui qui transmet son nom et ses biens ? Celui que la société a défini comme tel par un acte juridique ? Celui qui élève, aime, prodigue des soins ? Toutes ces fonctions qui autrefois se recouvraient pour définir la filiation, sont actuellement diffractées en s’incarnant dans des personnes différentes aussi bien dans l’adoption, dans les procréations médicalement assistées que dans les recompositions familiales de sorte qu’il y a urgence à reconnaître les parents additionnels tout en clarifiant les fondements institutionnels de la filiation ». Le texte se termine ainsi sur une invitation à mieux distinguer dans le débat public comme dans la recherche, la question de la filiation (posée par l’adoption) de celle de la parentalité (qui ne recouvre que le champ étroit des relations parents-enfants).

Ce livre et son introduction ajoutent donc le gros dossier de l’adoption à l’analyse de la pluriparentalité telle que je l’avais menée jusque-là. Par la suite, j’approfondis tel ou tel aspect dans plusieurs publications[17] en fonction de mes nouvelles lectures. Dans ma contribution au livre collectif dirigé par D. Le Gall et Y. Bettahar[18] et qui porte le titre La pluriparentalité, je reprends la même analyse, en la développant en particulier sur la question de la concurrence entre parents dans l’adoption et dans la procréation médicalement assistée. L’introduction des deux éditeurs présente l’ensemble des contributions et reprend mon analyse relative à la difficulté de la reconnaissance de la pluriparentalité dans notre système de filiation (p. 6 à 9). Un peu plus tard, j’intègre à cette analyse une problématique de genre que je n’avais pas explicitement adoptée dans mes textes précédents[19].

Ma proposition de « reconnaitre » les parents additionnels, reste un peu floue car je ne précise pas ce que j’entends par là. En réalité, je m’inscris dans le champ politique des revendications portées par les adoptés, les pupilles de l’État et plus tard les personnes nées d’IAD qui, réunis en associations et en groupes de pression, comme ils l’avaient été antérieurement aux Etats Unis, militent pour le droit à connaître l’identité de leurs parents de naissance pour les premiers, des donneurs de gamètes pour les seconds. Les associations de personnes concernées par le secret sur leur histoire se regroupent en France dans la CADCO[20], une coordination de personnes qui ne contestent pas la filiation qui leur a été donnée (adoption ou par IAD), mais demandent la levée du secret sur l’identité de leur géniteur pour éventuellement pouvoir le rencontrer. Ce mouvement qui a touché également tous les pays européens à la suite de l’Amérique du Nord a conduit à un changement dans les pratiques et dans le droit de l’adoption, comme on l’a vu précédemment, ainsi que dans les législations relatives à l’anonymat des donneurs de sperme qui a été supprimé dans plusieurs pays. En France, on est loin de favoriser l’interconnaissance directe entre parents de sang et parents adoptifs comme le permet l’open adoption américaine, mais depuis 2002, sous la pression de ces groupes, a été créée, non sans réticences et difficultés, le CNAOP[21] dont la fonction est de centraliser les demandes de rencontre entre enfants abandonnés et parents de naissance, cette rencontre étant soumise à l’acceptation du parent de naissance. Ces analyses suscitent des oppositions d’origine diverse qui peuvent émaner de pédopsychiatres, persuadés que la connaissance réelle ou fantasmatique des parents de naissance, ne peut que nuire à l’adaptation harmonieuse de l’enfant adopté dans sa nouvelle famille. D’autres émanent de positions idéologiques défendues dans le champ scientifique, en particulier par des juristes, convaicus que seule la filiation fait le parent (ce qui est juste sur le plan juridique), et qui considèrent donc que parler de pluriparentalité revient à attribuer de manière abusive un qualificatif de parent à un individu qui ne l’est pas : la mère de naissance dans l’adoption, le donneur de sperme dans l’IAD. Pour eux, toute référence aux origines dans les débats n’est qu’une tentative plus ou moins consciente, de donner davantage de poids à la biologie dans la définition de la filiation au détriment de la volonté[22].

Homoparentalité et pluriparentalité

D’autres critiques de la notion large de pluriparentalité, telle que je l’ai définie, se sont fondées également sur des considérations idéologiques et militantes. En effet, dans les dix dernières années en France, le travail scientifique sur les familles homoparentales a accompagné étroitement les initiatives politiques. Pour ma part, à partir des années 2005, j’intègre à mon analyse de la pluriparentalité le cas exemplaire des familles homoparentales[23]. En effet, avec ces familles, les traditionnelles opérations de substitution que l’on pratiquait sous l’égide du droit sont rendues impossibles, puisqu’elles ne peuvent et ne veulent pas mimer le couple matrimonial procréatif. Les couples de lesbiennes qui ont recours à l’IAD à l’étranger ou à un donneur de sperme connu et ami en France, mettent en évidence que cette manière de procréer met en jeu un tiers, rendu inexistant dans le cas des couples hétérosexuels. Les couples de gays ayant procédé à une GPA (gestation pour autrui), ne peuvent éliminer de l’histoire de leur enfant la femme qui l’a porté et a accouché de lui. De sorte que loin de contribuer au maintien de la fiction du couple hétérosexuel procréateur, les lesbiennes et les gays qui ont recours à l’IAD ou à la GPA apparaissent comme ceux qui empêchent le fonctionnement du modèle fictionnel, des secrets et souvent des mensonges qui l’accompagnent. Quant aux couples procréant dans le cadre de coparentalités (un homme gay procréant avec une femme lesbienne), ils sont ignorés sur le plan juridique, puisqu’entrant dans le cadre d’une procréation « normale » et légale. En revanche, lorsque la compagne de la mère et/ou le compagnon du père ayant partagé le projet parental réclament éventuellement un statut spécifique de parent, eux aussi mettent à mal le modèle procréatif classique en s’ajoutant au duo procréateur. Les familles homoparentales posent donc de manière explicite par leur existence même et leurs revendications un ensemble de questions restées sans réponse dans l’ensemble des nouvelles configurations familiales de notre société.

Dans la perspective d’une clarification des revendications des associations militantes, ma définition de la pluriparentalité a été critiquée par Martine Gross[24]. En sociologue et militante active de l’homoparentalité, il lui a semblé que ma définition était trop large car elle plaçait sous la même rubrique des réalités de nature trop disparate. Incontestablement, si on se place du point de vue des enfants, les parents co-éducateurs (beaux-pères, belles-mères, parents d’accueil, compagnons et compagnes des parents, parrains, marraines) font partie de leur vie et de leur expérience, alors que leurs parents de naissance ou leurs géniteurs dans l’adoption ou dans les PMA restent inconnus ou peu connus, objet d’interrogation ou de fantasme. Dans ce dernier cas, les enfants seront élevés seulement par leurs deux parents. En cela, le parti pris d’Agnès Martial de distinguer dans la pluriparentalité, deux déclinaisons possibles, d’une part l’expérience, d’autre part la connaissance, se justifie totalement[25]. Martine Gross propose pour sa part une définition plus restreinte, comprenant les seuls adultes éducateurs mais excluant les donneurs de gamètes. Ces derniers en effet ne revendiquent pas d’accéder au statut juridique de parent et il lui a semblé plus opératoire de ne conserver le terme de parent que pour ceux qui exerçaient une fonction éducative auprès des enfants et qui voulaient la voir reconnaître sur le plan juridique. L’enjeu politique concernait en particulier les compagnons ou compagnes des parents de naissance qui, jusqu’à la loi de 2013 permettant le mariage de même sexe, étaient des étrangers pour les enfants qu’ils avaient désirés, fait naître et élevés depuis leur naissance. Ce point de vue peut se comprendre dans la perspective de l’efficacité de la lutte revendicative, mais je persiste à penser que les anthropologues de la parenté ont intérêt à conserver une définition large de la pluriparentalité, en intégrant non seulement les adultes qui co-existent dans la vie de l’enfant, mais aussi ceux qui ont œuvré d’une manière ou d’une autre à sa mise au monde. Car la notion permet de couvrir tout le champ des fonctions parentales et ainsi de se livrer à des comparaisons dans le temps et dans l’espace, plus fructueuses sur le plan analytique.

Prenons l’exemple de l’adoption. Si Esther Goody énumère les différentes composantes de la parentalité, c’est que cet exercice l’aide à réfléchir à la diffraction des fonctions parentales qu’en tant qu’anthropologue, elle rencontre sur son terrain africain en travaillant sur cette thématique. D’autres recherches sur l’adoption en Océanie, en Afrique ou ailleurs (Inuit)[26], ont conforté et enrichi ses analyses qui ont été d’un grand apport pour les anthropologues de la parenté européenne travaillant sur l’adoption dans leur propre société. Toutes ces recherches montraient que ces dons d’enfants se font le plus souvent à des tuteurs eux-mêmes capables de donner leurs propres enfants à d’autres. Alors que la transmission du statut juridique, autrement dit l’inscription dans la filiation, ne fait pas l’objet d’un partage, toutes les autres composantes peuvent être dispersées entre divers individus. Réciproquement, il existe une fragmentation possible des devoirs de l’enfant à l’égard de ses parents de naissance ainsi que de ceux qui l’ont élevé. L’enfant élevé par d’autres garde donc sa filiation d’origine, appelle ses parents de naissance qu’il continue à fréquenter par le terme d’adresse habituel et connaît aussi bien sa famille d’origine que sa famille adoptive. Ces constats nous amènent à réfléchir sur la distinction qu’il convient de maintenir entre filiation et parentalité dans le débat public, d’une part, et d’autre part, à s’interroger sur la fragilité de la filiation, en particulier paternelle, dans notre société et à la facilité avec laquelle elle peut être supprimée et remplacée. Mais ils nous éclairent aussi sur d’autres aspects de la parentalité : alors que dans nos sociétés l’enfant « appartient » à ses propres parents, qui le considèrent comme leur propriété défendue jalousement, de sorte qu’une adoption ne peut se réaliser sans être précédée d’un abandon, dans ces sociétés lointaines, les dons d’enfants répondent généralement à une sorte de droit de la parenté ascendante ou collatérale (consanguine et alliée) sur l’enfant. Ce constat éclaire également l’histoire du contenu de la parentalité de nos sociétés car ce sentiment s’est considérablement accentué dans les dernières décennies expliquant d’ailleurs en partie la peur de toute parentalité concurrente. En témoignent aussi bien les modalités de l’adoption en Europe (l’apparition au milieu des années 1960 de l’adoption plénière) que les modalités de dation du prénom qui en sont un autre signe. Le choix du prénom est aujourd’hui l’apanage exclusif des parents alors que naguère (encore dans les années 1950-60 dans les campagnes méridionales françaises sur lesquelles j’ai enquêté), c’était les parrains et marraines qui exerçaient ce droit et ils transmettaient leur propre nom ou en choisissaient un de leur convenance. La comparaison anthropologique des formes d’adoption éclaire, on le voit, d’autres aspects de la relation entre parents et enfants. De l’intérêt en l’occurrence d’avoir inclus dans la réflexion sur la pluriparentalité, non pas les seuls éducateurs des enfants adoptés en Occident mais aussi leurs parents de naissance.

Autre exemple, les procréations médicalement assistées. Elles ont pour effet de fractionner entre plusieurs personnes le processus de la conception et de la mise au monde. Les GPA couramment pratiquées mettent en relation au moins trois ou quatre personnes : les parents d’intention, la donneuse d’ovocyte ou le donneur de sperme et la femme porteuse qui accouche. Quant aux IAD (insémination avec donneur), elles mettent en relation trois personnes, le donneur de sperme, la mère et son conjoint ou sa conjointe. On voit qu’il est possible de dissocier les éléments que M. Godelier a regroupés dans une seule composante dans son point 1 : « prendre part à la conception et à la mise au monde d’un enfant ». Le parti pris de considérer toutes ces personnes comme partageant une partie de la fonction parentale est heuristique, car il permet d’envisager et d’analyser, dans les enquêtes concernant les familles impliquées dans une PMA, tous les protagonistes dont les fonctions respectives peuvent être pensées par eux comme par leur entourage en référence avec la parenté, la paternité et ou la maternité, ou même le parrainage, comme on l’a vu.

Quant aux familles recomposées après divorce, l’analyse de la pluriparentalité qui s’y déploie confirme le caractère heuristique d’une définition large du concept. Elle montre la variabilité extraordinaire de la figure du beau-père, entre celui qui arrive sur le tard dans la vie de la mère et de ses enfants, et qui, au mieux sera considéré par tous comme un allié, et celui qui, corésidant avec la mère et ses enfants dès le jeune âge de ces derniers, joue le rôle du père dans la quotidienneté et le devient d’autant plus que le temps fait son œuvre. Avec le temps en effet, A. Martial[27] remarque que les distinctions entre les prérogatives du père et celles du beau-père s’estompent dans la réalité des relations familiales. Ainsi souligne-t-elle par exemple, que lorsque naît l’enfant du bel-enfant élevé par le beau-père, les rapports entre le petit enfant et son beau-grand-père se simplifient pour devenir tout simplement des rapports de petit fils à grand père, rapprochant ainsi cette relation non reconnue par le droit du lien de filiation. Rapprochement qui devient évident et bien réel avec l’adoption simple qui crée entre le beau-père et ses beaux enfants une filiation additive. Son succès en France depuis quelques années témoigne de la volonté d’un grand nombre de beaux-parents de faire de leurs beaux enfants des héritiers, au même titre que leurs propres enfants et manifeste d’ores et déjà l’importance de la pluripaternité dans la société française contemporaine[28].

La définition large de la pluriparentalité permet aussi d’intégrer dans une analyse globale et comparative la grande variété des morphologies familiales homoparentales, ce qui a un incontestable effet heuristique et leur ôte ce qui apparaît au premier abord comme une incommensurable spécificité. Je pense aussi mais nous le verrons ensemble que l’usage de ce concept est particulièrement adapté à l’analyse des parentalités induites par l’institution de la kâfala dans le contexte maghrébin[29].

Cet article fait partie d’un ensemble de textes qui rend compte d’une journée d’étude qui s’est tenue au Centre Jacques Berque à Rabat, le 4 décembre 2015, et qui avait pour objectif de discuter des évolutions juridiques et des politiques publiques autour de la parentalité en Afrique du Nord (Algérie/Maroc), voir le texte introductif.

[1] Y. Ben Hounet, « La parentalité des uns et celle des autres », L’Homme, 1, n° 209, 2014, p. 121-141. Voir également Agnès Martial, Genre et pluriparentalités dans les nouvelles trajectoires familiales : un parcours de recherche, HDR,   à paraitre.

[2] E. Goody, Parenthood and Social Reproduction : Fostering and Occupational Roles in West Africa, Cambridge,  1982 et « Sharing and Transferring Components of Parenthood : The West African Case », in M. Corbier (ed), Adoption et Fosterage, Paris, De Boccard, 1999, p. 369-388.

[3] M. Godelier, Les métamorphoses de la parenté, Paris, Fayard, 2004, (chapitre 6).

[4] F. Tarnovski, « Etre père et homosexuel dans la France contemporaine », doctorat en anthropologie, EHESS, 2010.

[5] A. Martial s’y emploie actuellement voir, Genre et pluriparentalités dans les nouvelles trajectoires familiales : un parcours de recherche, HDR, à paraître.

[6] Groupe interdisciplinaire d’études des femmes, un groupe de chercheuses féministes de l’université du Mirail à Toulouse créé en 1979 à la faveur des luttes féministes des années 70.

[7] A. Fine, « Des parents en plus » dans Se reproduire, est-ce bien naturel?, GRIEF, Presses universitaires du Mirail, 1991, p. 29-46.

[8] A. Fine, L’inceste spirituel. Fonctions symboliques de la parenté spirituelle dans l’Europe chrétienne, doctorat d’Etat, EHESS, 1992. Publié en 1994 sous le titre, Parrain, marraine. La parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard.

[9] CECOS : Centre d’études et de conservation de sperme ; IAD : Insémination avec donneur.

[10] « Les parentés parallèles », dans G. Althabe, D. Fabre et G. Lenclud (dir.), Vers une ethnologie du présent, Paris, ministère de la Culture/Maison des sciences de l’homme, p. 195-210.

[11] A. Fine (dir.), Adoptions. Ethnologie des parentés choisies, Paris, éd. de la MSH, 1998.

[12] Sur ce point, voir F. R. Ouellette, « Les usages contemporains de l’adoption » dans A. Fine (dir.), Adoptions. Ethnologie des parentés choisies, Paris, éd.de la MSH, 1998, p. 156-157.

[13] A. Fine et C. Neirinck (dir), Parents de sang, parents adoptifs. Approches juridique et anthropologique de l’adoption. France, Europe, USA, Canada, Paris, LGDJ, 2000.

[14] Ce point ressort particulièrement de la lecture de la thèse d’anthropologie de Judith Modell, Kinship with strangers. Adoption and Interpretation of Kinship in American Culture, Berkeley/ Los Angeles/ London, University of California Press, 1994.

[15] M. Th. Meulders-Klein et I. Théry (dir.), Les recompositions familiales, Paris, Nathan, 1993.

[16] Sylvie Cadolle en sociologie sous la direction d’Irène Théry, et Agnès Martial en anthropologie sous ma direction. Voir les publications : A. Martial., S’apparenter. Ethnologie des liens de familles recomposées, Paris, éd.de la MSH, 2003. S. Cadolle, 2000, Etre parent, être beau-parent. La recomposition de la famille, Paris, Odile Jacob, 2000.

[17] A. Fine, « Vers une reconnaissance de la pluriparentalité ? », Esprit (mars-avril), 2001, dossier L’un et l’autre sexe.

[18] A. Fine, « Pluriparentalités et système de filiation dans les sociétés occidentales », dans D. Le Gall et Y. Bettahar, La pluriparentalité, Paris, PUF, 2001, p. 69-93.

[19] A. Fine, « Qu’est-ce qu’un parent ? Pluriparentalités, genre et système de filiation dans les sociétés occidentales », Spirale, n°21, 2001, Au-delà de l’amour maternel. Dossier coordonné par P. Marciano, Erès, p. 19-47.

[20] Coordination des actions pour le droit à la connaissance des origines.

[21]  Le Conseil national pour l’accès aux origines personnelles a été créé par la loi du 22 janvier 2002.

[22] D. Borrillo, « Biologie et filiation, Les habits neufs de l’ordre naturel », Contemporary French Civilization, vol. 39, n° 3, 2014.

[23] A. Fine, « Pluriparentalités et homoparentalités dans les sociétés occidentales contemporaines », sous la direction de A. Cadoret, M. Gross, C. Mécary, B. Perreau, Homoparentalités. Approches scientifiques et politiques, PUF, 2006, p. 43-55.
A. Fine, « Avoir deux pères ou deux mères. Révolution ou révélation du sens de la filiation », in Irène Théry (dir.), Mariage de même sexe et filiation, Paris, éd. de l’EHESS, 2013, p. 115-128.
A. Fine dans A. Fine et J. Courduriès (dir.), « Introduction », Homosexualité et parenté, Armand Colin, 2014.

[24] M. Gross, Qu’est-ce que l’homoparentalité ? Payot, 2012, p. 23.

[25] A. Martial, « Genre et pluriparentalités dans les nouvelles trajectoires familiales : un parcours de recherche », manuscrit d’HDR, à paraître.

[26] C’est le cas en particulier de la synthèse de Suzanne Lallemand, La circulation des enfants en société traditionnelle. Prêt, don, échange, Paris, L’Harmattan, 1993.

[27] A. Martial, op. cit., manuscrit d’HDR à paraître.

[28] Entre les années 1970 et la fin des années 2000 l’adoption simple est passée d’environ 1 500 à 10 000 adoptés par an, voir J.-F. Mignot, « L’adoption simple en France : le renouveau d’une institution ancienne (1804-2007) », Revue française de sociologie, 56-3, 2015, p. 525-560.

[29] E. Barraud, L’adoption entre France et Maghreb. De terre et de sang, Paris, éd. Non-lieu, 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *