Archives de catégorie : Pays

Espaces publics et figures de l’urbain, atelier d’écriture, Rabat

Atelier d’écriture avec les doctorants  de l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat

organisé par Sandra Guinand et Aziz Iraki
grand témoin : Olivier Mongin
22 et 24 mars 2017, Rabat

Sandra Guinand, chercheure invitée, Institut für Geographie und Regionalforschung, Université de Vienne
guinands@yahoo.fr
Aziz Iraki, architecte-géographe, professeur à l’INAU

aziz_iraki@yahoo.fr

Travailler sur les modes de représentation de la ville ; appréhender et exprimer la complexité de ses espaces ; rendre compte de la « grammaire » urbaine, de l’histoire qui s’inscrit dans l’évolution morphologique, dans les différents agencements, mais qui s’écrit aussi par l’intermédiaire des usagers ; livrer l’ensemble de « ces » histoires. C’est à cet exercice d’intelligibilité d’une poétique de l’urbain que se sont prêtés huit doctorants de l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme (INAU) de Rabat. Ils ont déambulé carnets et appareils photo à la main dans trois espaces publics de l’agglomération Rabat-Salé. Ils ont par des mots, des croquis, des prises de vues ou encore de la musique, exposé leur ressenti mais aussi celui s’exprimant à travers l’identité, le vécu et les pratiques de ces espaces.

Continuer la lecture de Espaces publics et figures de l’urbain, atelier d’écriture, Rabat

Les berges du Bouregreg : d’un espace qui traverse le temps à une scène de théâtralité (quai de Rabat)

Par Abdellah Moussalih
doctorant en urbanisme, gouvernance urbaine et territoires à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, UGUT-INAU
moussalihmail@yahoo.fr

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Dans l’histoire des villes de Rabat et de Salé au Maroc, les berges du fleuve Bouregreg étaient un lieu de travail pour les pêcheurs et barcassiers, de jeux et de sortie pour leurs habitants ainsi qu’un espace de services (douane, club nautique, yacht club…). Ces rives étaient des espaces mal définis faisant la liaison entre les deux cités jumelles à des points bien précis. Elles furent souvent décrites comme des terrains vagues mal fréquentés.

Continuer la lecture de Les berges du Bouregreg : d’un espace qui traverse le temps à une scène de théâtralité (quai de Rabat)

Un après-midi à Bouregreg

Par Ikbal Elbouzidy
doctorante en urbanisme à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, INAU
ikbalelbouzidy@gmail.com

« L’anthropologie rappelle que l’espace est délimité, fondé et socialement investi » (Segaud, 2007)[1]

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Bouregreg, espace de loisirs par excellence, situé au cœur de la ville de Rabat ; qui dit vallée du Bouregreg, dit espace de l’entre deux séparant Rabat et Salé, deux villes voisines ; c’est également un espace de rencontre et de croisement, là où les Slaouis et les Rbatis se connectent.

Continuer la lecture de Un après-midi à Bouregreg

Deux rivages, un trait d’union

Par Soukaïna Mekrini
doctorante en urbanisme à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, INAU
soukaina.mekrini@gmail.com

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Sur le quai du Bouregreg, côté Rabat, un marchand ambulant comme il y en a tant d’autres à Rabat, à Salé ou ailleurs. Une charrette, des oranges que l’on voit de loin, un parasol multi couleurs qui vient contraster avec une façade urbaine parfaitement dessinée et conçue par des star-architectes dans une ode à la modernité, au rapprochement et à la connexion. Mais est-ce réellement le cas ?

Continuer la lecture de Deux rivages, un trait d’union

Marcher sur les traces des pêcheurs du Bouregreg

Par Leïla Chafik
doctorante en urbanisme à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, INAU
leila.chafik11@gmail.com

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Abou rāqrāq (ou Bouregreg) est un fleuve. Sa source provient du Moyen Atlas, précisément du barrage Sidi Mohammed Ben Abdellah. Son embouchure se situe vers l’océan Atlantique, entre Rabat et Salé. « Le projet d’aménagement du site de la vallée du Bouregreg » a été lancé en 2006 en vue de restituer à ces deux villes marocaines un lieu de convergence et de convivialité à travers six séquences (carte 1) [1]. La visite de la séquence « Bab el Bahr » : la ville de l’estuaire (carte 2 et ill. 1) a permis de produire cet article qui traite des représentations et des pratiques spatio-temporelles de la catégorie sociale [2] pêcheurs, dans l’espace public.

Continuer la lecture de Marcher sur les traces des pêcheurs du Bouregreg

Pleins et vides

Par Ghizlane Dhaidah
doctorante en urbanisme à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, INAU
ghizzytect@gmail.com

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Je vois la ville, je vis la ville à un rythme qui n’est pas le mien, ni celui de la ville toute entière, mais au rythme d’une déambulation urbaine en groupe éparpillé, marqué par un arrêt par-ci, une conversation par-là.

Continuer la lecture de Pleins et vides

Temporalités sur les rives du Bouregreg

Par Youness Kabbal
doctorant en urbanisme à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, INAU
younesskabbal@yahoo.fr

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Au lendemain du début du printemps, nous nous sommes arrêtés sur la manière dont des espaces publics conçus par le haut, par une structure de gestion de maitrise d’ouvrage urbaine (qualifiée d’unique), sont appropriés par le bas, c’est-à-dire par les citadins qui les fréquentent. Quelles pratiques et quels usages pouvons-nous observer sur les deux rives du Bouregreg ?

Continuer la lecture de Temporalités sur les rives du Bouregreg

L’appropriation commerciale de l’espace public ou quand l’occupation du sol devient une ressource

Par Zineb Amarhroud
doctorante en urbanisme à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, INAU
amarhroudzineb@gmail.com

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Les trois espaces publics visités, berges du Bouregreg, bab Lamrissa à Salé et bab el-Had à Rabat, frappent par l’occupation commerciale des lieux.

Continuer la lecture de L’appropriation commerciale de l’espace public ou quand l’occupation du sol devient une ressource

Le Makhzen introuvable : les sources marocaines de l’histoire de l’État à l’époque contemporaine

Par Antoine Perrier
doctorant en histoire
Centre d’histoire de Sciences Po, Paris
doctorant associé au CJB
antoine.perrier@sciencespo.fr

Muḥammad al-Makkî al-Nâṣirî considérait en 1946 que, sous le Protectorat, le Makhzen « a accepté de se livrer à un agréable et profond sommeil »[1]. Les Français auraient, pour imposer leur domination sur le Maroc, procédé à une anesthésie administrative des institutions qu’ils regroupent sous l’appellation de Makhzen chérifien. C’est cet argument que nous entendons interroger à travers une recherche sur l’État marocain contemporain (recherche qui s’inscrit plus largement dans le cadre d’une thèse en cours intitulée Les États chérifien et beylical face à l’État de Protectorat (1881-1956) : fonctions publiques et institutions politiques en cohabitation, sous la direction de Paul-André Rosental et M’hamed Oualdi). Continuer la lecture de Le Makhzen introuvable : les sources marocaines de l’histoire de l’État à l’époque contemporaine

Les mendiants aveugles de Rabat : de la baraka à l’égalité des droits

Par Mehdi Ayachi
doctorant en ethnologie et anthropologie sociale
Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC)
ayachi.mehdi@gmail.com

Introduction

Cet article se fonde sur une enquête ethnographique de deux semaines réalisée dans la ville de Rabat en avril 2015.
Je participais alors à un stage de formation au terrain, dans le cadre de ma première année de master d’ethnologie et d’anthropologie sociale, organisé par l’École des hautes études en sciences sociales (Paris)
[1], en partenariat avec l’université Moulay Ismaël de Meknès et le Centre Jacques Berque à Rabat.

Après avoir abandonné mon sujet de recherche initial pour des raisons pratiques découvertes à mon arrivée au Maroc, je décidai de me promener à Rabat. S’il est parfois difficile de construire un objet de recherche en se penchant au-dessus d’une feuille blanche, le terrain offre au contraire bien plus de prises à la pensée. Ainsi, en marchant dans les rues de Rabat je remarquai la présence d’un nombre important de mendiants. Continuer la lecture de Les mendiants aveugles de Rabat : de la baraka à l’égalité des droits

Qui sera l’État ? Le soulèvement du Rif reconsidéré (1958-1959)

Par Nabil Mouline
Historien et politiste, chargé de recherche – CNRS
Centre Jacques Berque, Rabat
nabil.mouline@cjb.ma

Ce billet fait partie d’une série d’articles (dont les prochains sont à paraître). Ces articles sont issus d’un programme de recherche, Histoire et mémoire : le Maroc des années de plomb 1956-1999, soutenu par divers partenaires : CNDH (Conseil national des droits de l’homme), IER (Instance équité et réconciliation), CJB (Centre Jacques Berque) et UE (Union européenne).
Un colloque, tenu en 2014, a permis la restitution des résultats de recherche de ce programme. Leur diffusion à travers ce carnet permet d’élargir l’audience auprès d’un plus large public.

« Les gens du Nord ont autrefois connu la violence du Prince héritier, il vaudrait mieux pour eux qu’ils ne connaissent pas celle du Roi ». C’est ainsi qu’Hassan II (1961-1999) s’adresse aux habitants du nord-ouest du Maroc (et à travers eux à l’ensemble de la population) en réaction aux émeutes populaires de 1984. Adoptant alors un ton grave et méprisant, le monarque rappelle à ses sujets qu’il est capable de tout pour conserver le pouvoir. Pour leur rafraîchir la mémoire, il n’hésite pas à faire une allusion brève mais ô combien symbolique à la répression féroce qu’il a menée contre ces mêmes régions vingt-cinq ans auparavant. Continuer la lecture de Qui sera l’État ? Le soulèvement du Rif reconsidéré (1958-1959)

Le « sujet âgé » = indiscipliné ?

Par Josiane Tantchou
Anthropologue, chargée de recherche – CNRS
Centre Jacques Berque, Rabat
josiane.tantchou@cjb.ma

Introduction[1]

Les maladies non transmissibles sont de plus en plus ciblées par les politiques internationales de santé (WHO, 2014). Parmi elles, les maladies cardiovasculaires, dont l’hypertension, sont les principales causes de mortalité chez les adultes dans les pays développés et dans les pays émergents (Lim, Vos et al., 2012), comme le Maroc. Continuer la lecture de Le « sujet âgé » = indiscipliné ?