Le Makhzen introuvable : les sources marocaines de l’histoire de l’État à l’époque contemporaine

Par Antoine Perrier
doctorant en histoire
Centre d’histoire de Sciences Po, Paris
doctorant associé au CJB
antoine.perrier@sciencespo.fr

Muḥammad al-Makkî al-Nâṣirî considérait en 1946 que, sous le Protectorat, le Makhzen « a accepté de se livrer à un agréable et profond sommeil »[1]. Les Français auraient, pour imposer leur domination sur le Maroc, procédé à une anesthésie administrative des institutions qu’ils regroupent sous l’appellation de Makhzen chérifien. C’est cet argument que nous entendons interroger à travers une recherche sur l’État marocain contemporain (recherche qui s’inscrit plus largement dans le cadre d’une thèse en cours intitulée Les États chérifien et beylical face à l’État de Protectorat (1881-1956) : fonctions publiques et institutions politiques en cohabitation, sous la direction de Paul-André Rosental et M’hamed Oualdi). Continuer la lecture de Le Makhzen introuvable : les sources marocaines de l’histoire de l’État à l’époque contemporaine

Les mendiants aveugles de Rabat : de la baraka à l’égalité des droits

Par Mehdi Ayachi
doctorant en ethnologie et anthropologie sociale
Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC)
ayachi.mehdi@gmail.com

Introduction

Cet article se fonde sur une enquête ethnographique de deux semaines réalisée dans la ville de Rabat en avril 2015.
Je participais alors à un stage de formation au terrain, dans le cadre de ma première année de master d’ethnologie et d’anthropologie sociale, organisé par l’École des hautes études en sciences sociales (Paris)
[1], en partenariat avec l’université Moulay Ismaël de Meknès et le Centre Jacques Berque à Rabat.

Après avoir abandonné mon sujet de recherche initial pour des raisons pratiques découvertes à mon arrivée au Maroc, je décidai de me promener à Rabat. S’il est parfois difficile de construire un objet de recherche en se penchant au-dessus d’une feuille blanche, le terrain offre au contraire bien plus de prises à la pensée. Ainsi, en marchant dans les rues de Rabat je remarquai la présence d’un nombre important de mendiants. Continuer la lecture de Les mendiants aveugles de Rabat : de la baraka à l’égalité des droits

Qui sera l’État ? Le soulèvement du Rif reconsidéré (1958-1959)

Par Nabil Mouline
Historien et politiste, chargé de recherche – CNRS
Centre Jacques Berque, Rabat
nabil.mouline@cjb.ma

Ce billet fait partie d’une série d’articles (dont les prochains sont à paraître). Ces articles sont issus d’un programme de recherche, Histoire et mémoire : le Maroc des années de plomb 1956-1999, soutenu par divers partenaires : CNDH (Conseil national des droits de l’homme), IER (Instance équité et réconciliation), CJB (Centre Jacques Berque) et UE (Union européenne).
Un colloque, tenu en 2014, a permis la restitution des résultats de recherche de ce programme. Leur diffusion à travers ce carnet permet d’élargir l’audience auprès d’un plus large public.

« Les gens du Nord ont autrefois connu la violence du Prince héritier, il vaudrait mieux pour eux qu’ils ne connaissent pas celle du Roi ». C’est ainsi qu’Hassan II (1961-1999) s’adresse aux habitants du nord-ouest du Maroc (et à travers eux à l’ensemble de la population) en réaction aux émeutes populaires de 1984. Adoptant alors un ton grave et méprisant, le monarque rappelle à ses sujets qu’il est capable de tout pour conserver le pouvoir. Pour leur rafraîchir la mémoire, il n’hésite pas à faire une allusion brève mais ô combien symbolique à la répression féroce qu’il a menée contre ces mêmes régions vingt-cinq ans auparavant. Continuer la lecture de Qui sera l’État ? Le soulèvement du Rif reconsidéré (1958-1959)

Le « sujet âgé » = indiscipliné ?

Par Josiane Tantchou
Anthropologue, chargée de recherche – CNRS
Centre Jacques Berque, Rabat
josiane.tantchou@cjb.ma

Introduction[1]

Les maladies non transmissibles sont de plus en plus ciblées par les politiques internationales de santé (WHO, 2014). Parmi elles, les maladies cardiovasculaires, dont l’hypertension, sont les principales causes de mortalité chez les adultes dans les pays développés et dans les pays émergents (Lim, Vos et al., 2012), comme le Maroc. Continuer la lecture de Le « sujet âgé » = indiscipliné ?

Les débats autour de la procréation médicalement assistée : renversement des perspectives ?

Par Enric Porqueres I. Gené
EHESS, LAIOS, IIAC, Paris

En phase avec les idées évolutionnistes du XIXe siècle, l’anthropologie de la parenté a eu tendance à présenter la société contemporaine comme étant fondée sur l’application d’un contrat social abstrait, qui situe l’individu au centre de l’action et de la moralité sociales. En ce sens, principalement dans les années 1990, certains anthropologues, ont insisté sur une autre phase du « processus d’individualisation ». Continuer la lecture de Les débats autour de la procréation médicalement assistée : renversement des perspectives ?

Retour réflexif sur la notion de pluriparentalité

Par Agnès Fine
Historienne et anthropologue,
directrice d’études à l’EHESS, Paris

Le concept de pluriparentalité, dérivant de celui de parentalité, traduction française de parenthood, il convient tout d’abord de s’intéresser à ce que recouvre ce dernier. Continuer la lecture de Retour réflexif sur la notion de pluriparentalité

Le processus de réforme du code de la famille et ses innovations, en particulier celles relatives à la parentalité et aux droits des enfants

Par Aïcha El Hajjami
chercheure, ex professeure
à la faculté des Sciences juridiques,
économiques et sociales de Marrakech

I Du Code du statut personnel au Code de la famille : un combat pour l’égalité

L’ancien Code du statut personnel, la Moudawana, promulgué en 1958 juste après l’indépendance dans le cadre de la marocanisation du corpus juridique, avait consacré dans ses différentes dispositions la pérennité d’une conception traditionnelle[1] des relations entre les conjoints au sein du couple, inspirée essentiellement du rite mâlikite[2]. Cet alignement sur les règles juridiques établies par les jurisconsultes du rite mâlikite pour répondre aux problèmes sociétaux d’une autre époque, était d’autant plus dommageable que les fondateurs même de cette école prônaient le recours à l’Ijtihâd, afin d’adapter la loi musulmane aux exigences des circonstances. L’école mâlikite se distingue en effet des autres écoles sunnites par l’adoption de méthodes particulières d’exégèse tels al massâlih al mourssala’, ou l’istihssân, qui favorisent un Ijtihâd basé sur la prise en compte des réalités sociales et de leurs mutations dans l’élaboration des règles juridiques dans le respect des valeurs de dignité, de justice et d’égalité prônées par les principes des finalités de l’islam (maqâssid a-Charî’a)[3]. Continuer la lecture de Le processus de réforme du code de la famille et ses innovations, en particulier celles relatives à la parentalité et aux droits des enfants

Les parentalités en Afrique du Nord : évolutions juridiques et politiques publiques. Notes introductives

Par Yazid Ben Hounet
chargé de recherche CNRS, CJB, Rabat
Laboratoire d’anthropologie sociale, Paris

L’article introductif qui suit fait partie d’une série de 6 autres articles à paraître au niveau de ce Carnet. Cet ensemble de textes rend compte d’une journée d’étude qui s’est tenue au Centre Jacques Berque à Rabat, le 4 décembre 2015, et qui avait pour objectif de discuter des évolutions juridiques et des politiques publiques autour de la parentalité en Afrique du Nord (Algérie/Maroc). Elle s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche du Centre Jacques Berque, intitulé Les Parentalités au Nord de l’Afrique (Algérie, Maroc) et en contextes migratoires. Continuer la lecture de Les parentalités en Afrique du Nord : évolutions juridiques et politiques publiques. Notes introductives