Espaces publics et figures de l’urbain, atelier d’écriture, Rabat

Atelier d’écriture avec les doctorants  de l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat

organisé par Sandra Guinand et Aziz Iraki
grand témoin : Olivier Mongin
22 et 24 mars 2017, Rabat

Sandra Guinand, chercheure invitée, Institut für Geographie und Regionalforschung, Université de Vienne
guinands@yahoo.fr
Aziz Iraki, architecte-géographe, professeur à l’INAU

aziz_iraki@yahoo.fr

Travailler sur les modes de représentation de la ville ; appréhender et exprimer la complexité de ses espaces ; rendre compte de la « grammaire » urbaine, de l’histoire qui s’inscrit dans l’évolution morphologique, dans les différents agencements, mais qui s’écrit aussi par l’intermédiaire des usagers ; livrer l’ensemble de « ces » histoires. C’est à cet exercice d’intelligibilité d’une poétique de l’urbain que se sont prêtés huit doctorants de l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme (INAU) de Rabat. Ils ont déambulé carnets et appareils photo à la main dans trois espaces publics de l’agglomération Rabat-Salé. Ils ont par des mots, des croquis, des prises de vues ou encore de la musique, exposé leur ressenti mais aussi celui s’exprimant à travers l’identité, le vécu et les pratiques de ces espaces.

Le premier espace partait de l’aménagement du quai de Rabat vers la marina de Salé en traversant le Bouregreg par barque. Le second lieu comprenait la place de Bab Lamrissa à Salé ainsi que son environnement immédiat. Enfin, le troisième espace choisi était la place de Bab El Had jouxtant les remparts et situé dans un nœud de circulation et de flux de passants se rendant dans et hors de la médina.

Alors que les Rbati s’approprient les berges du Bouregreg nouvellement aménagés comme lieu de promenade, de loisirs, d’oisiveté, de pêche à la ligne, de baignade ou encore d’amourettes, de l’autre côté de la rive se déploie le projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg. Celui-ci fait partie de ces « hyper lieux » décrits par Michel Lussault, réorganisateur de connectivité et des espaces publics. Ses concepteurs ont voulu une urbanisation lissée, policée, peu tournée vers le local. En même temps, cette nouvelle organisation fait émerger de nouvelles pratiques habitantes et des usages pas toujours escomptés. De même, des interstices subsistent. Des marges offrent et révèlent de nouvelles appropriations. L’atelier d’écriture organisé avec Olivier Mongin partait de ces quelques constats entre aménagement, planification, conception et appropriation, détournements et vécus, tout en insistant sur les éléments de frontières et de limites liées aux espaces et à leurs symboliques (la porte comme limite intégrative, le pont forçant à voir deux unités spécifiques…). Il s’agissait de révéler et de travailler sur l’imaginaire des pratiques, le contexte et les dimensions multi sensorielles de ces espaces, leur théâtralité, ceci par l’intermédiaire de différents registres d’écriture.

Après une mise en contexte sur les différentes figures et métaphores de l’urbain développée par Olivier Mongin, les participants ont ensuite directement abordé les différents terrains. Aucune consigne particulière sur le type de démarche, modalité d’observation ou recueil de données ne leur avait été donnée. Le type de collecte de leurs impressions, de leurs émotions et de leurs observations restait ouvert. Il leur était demandé, avant tout, d’observer et de se laisser imprégner par les lieux traversés à pieds pour produire un petit texte qu’ils présenteraient le lendemain. Comme pour l’observation, cette retranscription de « l’expérience urbaine » pouvait s’exprimer librement, sur différents supports.

Le premier texte d’Abdellah Moussalih, nous replonge dans l’histoire des pratiques des berges du Bouregreg pour interroger leur rôle actuel de « scène » du quotidien. Ikbal Elbouzidy soulève la question de frontières et de limites entre aménagements et pratiques, tout en soulignant les nombreuses appropriations des différents usagers. Les mots de Soukaïna Mekrini ressemblent à une prise de vue, capturant à un instant T le vécu sur les quais aménagés du Bouregreg. Leïla Chafik nous propose de suivre les traces des pêcheurs des deux côtés des rives du Bouregreg, entre aliénation et réappropriation de ces espaces. Le texte de Ghizlane Dhaidah nous plonge dans l’expérience, le ressenti de cette déambulation à travers les différents espaces. La contribution de Younes Kabbal s’intéresse aux pratiques formelles et informelles de ces espaces, à leur détournement une fois la nuit tombée. Zineb Amarhroud nous montre comment l’espace, même bitumé, se transforme en ressource. Enfin, Imane Brahimi, nous livre un récit sensoriel de ces différents espaces. Certains de ces textes font appel aux archives, d’autres sont des petits parcours ethnographiques illustrés ou encore accompagnés de croquis ou de musique. Mais tous ont su livrer une histoire poétique de ces différents espaces publics.

L'atelier s'est tenu les 22 et 24 mars 2017; les images (© Sandra Guinand) ci-dessous rendent compte des divers moments de cet atelier.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *