Les berges du Bouregreg : d’un espace qui traverse le temps à une scène de théâtralité (quai de Rabat)

Par Abdellah Moussalih
doctorant en urbanisme, gouvernance urbaine et territoires à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, UGUT-INAU
moussalihmail@yahoo.fr

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Dans l’histoire des villes de Rabat et de Salé au Maroc, les berges du fleuve Bouregreg étaient un lieu de travail pour les pêcheurs et barcassiers, de jeux et de sortie pour leurs habitants ainsi qu’un espace de services (douane, club nautique, yacht club…). Ces rives étaient des espaces mal définis faisant la liaison entre les deux cités jumelles à des points bien précis. Elles furent souvent décrites comme des terrains vagues mal fréquentés.

Il a fallu attendre le début du XXIe siècle pour que les choses changent et que les berges du Bouregreg deviennent un site à fréquenter, un lieu à visiter, à habiter, où consommer et se rencontrer, une scène où voir et être vu. Depuis lors, la mutation socio-économique du site s’est accélérée et la réputation du Bouregreg et de ses espaces universalisées.

Nous allons à travers le cas du quai de Rabat, montrer comment l’histoire et les formes de théâtralité dans l’espace public peuvent être des clés de lecture et d’écriture de celui-ci pour transcender l’espace réel-objectif et effleurer la sphère de la subjectivité de l’objet.

Le quai de Rabat est situé sur les berges du Bouregreg en contre bas de l’ancienne médina de Rabat et des Oudayas, face à la ville de Salé. Ces berges ont toujours été considérées comme un espace marginal et mal définis. La récolte de fruits de mer, la pêche et les traversées à bord des barques, qui faisaient la liaison entre les deux villes jumelles à des points bien précis, étaient les seules formes d’usages et de fonctions sociales. Ces berges sont restées vierges et déconnectées du reste de la ville pendant de longues années, et ce, malgré les divers plans d’aménagement[1] qui se sont succédé depuis la première moitié du XXe siècle (Mzaiz, 2011).

La population de l’agglomération et particulièrement celle de la médina de Rabat s’est approprié les rivages très peu aménagés de l’oued Bouregreg pendant de très longues années. C’était leur espace principal de sortie (traversée du Bouregreg, pêche à la ligne, vente des appâts, promenades, nage, lavage de laine…). Les promenades et les pratiques qui leur sont liées, sous leur forme traditionnelle, les (nzāh-a « نزاهة »), étaient très fréquentes dans l’espace de l’oued jusqu’au site du Chellah[2] comme en témoigne l’extrait suivant :

واد بورقراق، أو واد الرمان أو واد أسمير بتسمياته القديمة، عرف كذلك تنظيم « نزاهات » إلى قدم شالة عبر « قاع الواد » خلال فصل الربيع. فقد كان أهل سلا يقضون يوما ممتعا، فينطلقون على متن القوارب، مصحوبين بأجواق الملحون و اللآلة، في أجواء الفرحة و الابتهاج، و يتم إعداد ما لذ و طاب من المأكولات، من المشوي و المحمر. و يتواصل النشاط بعروض من مسرح « البساط » و فنون الحلقة، تحت الخيام التي نصبت لهذه الغاية. يتواصل النشاط حتى العصر، فتقفل الجموع عائدة في أجواء الانشراح و الفرحة بقضاء يوم ممتع.[3]

Il était le lieu, comme nous l’avons vu, de plusieurs activités d’ordre socioéconomique : la récolte du mollusque lamellibranche, de l’annélide polychète, la palangre, la vente d’appâts, la traversée, la vente de poisson :

« Mon père avait l’habitude dans les années 1930-1940 de traverser le fleuve à la nage. Aujourd’hui on ne peut s’empêcher notamment de penser aux barcassiers et aux pêcheurs de Salé et de Rabat dont l’activité remonte à la nuit des temps. Moi-même, je me souviens enfant avoir pris plusieurs fois ces barques et au retour on achetait du poisson frais qu’on ramenait à la maison. Je suis certain que beaucoup de Rbatis et de Slaouis s’en souviennent. » (Souvenir de l’auteur de l’article).

Toutefois, cet espace était divisé en portions territoriales imposant des habitudes et des pratiques sociales différenciées, selon des zones et les catégories socioprofessionnelles le pratiquant. Ainsi, en est-il du Yacht club de Rabat (YCR) (figure n°3, galerie photo ci-dessus), club privé à destination des classes sociales aisées et du Club nautique de Rabat (CNR)[4] (figure n°7, galerie photo ci-dessus). Conciliant les loisirs et la pratique des sports, la piscine du CNR et celle du YCR ont eu un grand succès auprès des communautés étrangères installées au Maroc et de Marocains de la classe moyenne et aisée. Ces deux hauts lieux de loisirs de la ville de Rabat étaient, durant les années 1950-1960, l’apanage des communautés juives et européennes, puis de la bourgeoisie marocaine après l’indépendance et ce, jusqu’à leur démolition en 2006.

Aujourd’hui, cet espace fluvial est transformé en une promenade longue de 1,5 kilomètre, ponctuée de restaurants-cafés sur terre et sur pilotis, de débarcadères et de points d’amarrage. La mutation du quai de Rabat met en exergue plusieurs enjeux. Sur le long terme, elle consacre une rupture historique, en devenant un espace public contemporain aux activités ludiques et touristiques ; le quai ne sera plus ce port marchand de 1885, ni même ce port de commerce du XIVe jusqu’au XVIIIe siècle (Chastel, 2011). La réhabilitation des façades de l’ancienne médina de Rabat et la mise en perspective des Oudayas sont les premiers signes de ce changement.

Figure 9. Aménagement du quai de Rabat, Reichen et Robert, 2007.

L’émergence de la promenade maritime comme forme d’usage représente une révolution dans cet espace d’interstices qui s’affirme aujourd’hui comme l’espace public majeur de l’agglomération capitale, ouvert à tous et, concurrent spontané et involontaire du centre-ville. Il est devenu un puissant attracteur social et un lieu de rencontre où l’on affiche son appartenance sociale. Son ampleur dépasse toutes les attentes (mêmes de ses concepteurs) et prend en même temps des formes parfois inattendues, comme le note Marie-Pierre Anglade (2015) pour le cas de Casablanca :

« Les changements inexorablement en marche n’affectaient pas seulement la configuration spatiale des lieux ; par l’émergence de nouvelles pratiques, ils mettaient également à l’épreuve l’identité que les habitants s’étaient construite à partir des pratiques de ces lieux et du sens que ceux-ci leur conféraient ».

Héritée des pratiques aristocrates, « la promenade constitue un micro-espace ordinaire, un espace-temps de la vie quotidienne. Ce géotype correspond à une forme urbaine particulière, apparue à la fin du XVIIe siècle en Europe grâce à l’aristocratie » (Rieucau, 2012). Elle est devenue au XIXe siècle essentiellement bourgeoise, procurant divertissement et détente à ses adeptes, encouragés à la marche par les médecins. La marche fait partie des bonnes pratiques pour évacuer le stress et les tensions du quotidien. Mais aussi, et surtout, une occasion d’ostentation de richesse, de puissance et de culture dans la ville.

La promenade comme forme d’expression urbaine fondée sur le mouvement du corps, forme une sorte d’urbanité déambulatoire (Rieucau, 2012), dans laquelle les corps se croisent, s’effleurent, s’esquivent : « Cet espace public « géosymbole de l’urbanité » constitue à la fois un objet spatial et un objet social […] fonctionnant comme une scène sociétale, […] pour certains groupes sociaux, dans [laquelle] on s’affiche, on se distingue, on se montre » (Rieucau, 2012).

La sortie sur le quai sert à afficher, à montrer une différence, une spécificité, une affirmation de soi, la libération d’une condition, une appartenance, une condition sociale et professionnelle[5]. Le code vestimentaire constitue une façon de s’exprimer. C’est une forme de langage. Il fournit une multitude d’indices sur le sens de ce lieu chez ceux qui le pratique. Le public qui envahit cet espace à l’occasion du festival de Mawazine notamment – aux côtés des autres occupants habituels qui s’y maintiennent toujours – est composé de gens aux différentes nationalités, d’un style apparemment décontracté, mais « à la mode ». A ce titre, l’exemple sur la relation entre le lieu et le mode d’habillement d’Erwin Goffman est très significatif : « parlant de cadres sociaux tels qu’une rue de faubourg résidentiel ou un magasin chic à New York, on peut dire de quelqu’un qu’il est bien ou mal habillé pour le moment et pour l’endroit » (Goffman, 1996). En effet, le code vestimentaire édifie un esprit du lieu réservé et sert de support à la visibilité, à l’exposition, à l’ostentation, à l’affirmation d’une appartenance sociale.

Le vêtement féminin quant à lui, renvoie, au-delà du contexte religieux, aux valeurs, aux représentations sociales des hommes et des femmes, et au rapport entre les deux sexes. Ainsi, l’articulation entre espace public et transgression peut être illustrée par exemple par l’ajustement du mode vestimentaire (maquillage, foulard, longueur de jupe, jean et pantalon moulant, port du hijab ou non, etc.). L’espace public apparait ainsi comme un lieu exutoire, un lieu propice au contournement des normes sociales, à l’expression de pratiques relevant de l’intime, et à la liberté.

Enfin, ayant mobilisé deux registres de lecture pour relire et revisiter un interstice qui se compare à un palimpseste, le chalenge qui se présentait à nous tout au long de cette expérience en chaussant les lunettes de paléographe, est de faire réapparaitre et de pouvoir relire les inscriptions matérielles et sociales sur ce support insaisissable. La patience, la longue application, ont souvent triomphé des difficultés multiples que présente la lecture de cet espace dont l’état présent peut laisser supposer et apparaître des traces de ses versions antérieures.

Bibliographie

Anglade Marie-Pierre, Casablanca, une « ville à l’envers ». Urbanités métropolitaines au prisme de la marginalité sociale au Maroc, thèse de doctorat en géographie, Tour, Université  François-Rabelais  de  Tours, 2015.

Chastel Robert, Rabat-Salé : vingt siècles de l’Oued Bouregreg, Rabat, Imprimerie El Maarif Al Jadida, 3e édition, 2011.

Goffman Erving, Les relations en public. La mise en scène de la vie quotidienne, tome 2, Paris, Minuit, coll. Le Sens Commun, 1996.

Mzaiz Mohammed, « Les modes de faire des grands projets : l’exemple de l’aménagement de la vallée du Bouregreg », dans Question d’économie marocaine 2011, Presses Universitaires du Maroc, juin 2011, p.131-154.

Rieucau Jean, « La promenade publique, géosymbole de l’urbanité espagnole : la rambla nova de Tarragone », EchoGéo, n° 22, 2012.

[1] Six plans d’aménagement aux objectifs divers se sont succédé. En effet, le nombre des variantes d’aménagement témoigne des enjeux qui sous-tendent leurs réalisations : 1. L’arrêté viziriel du 13 janvier 1954. 2. Le projet national de la jeunesse ou Proposition Zévaco, en 1966. 3. Le plan d’aménagement de 1972 conçu par les Services de l’urbanisme. 4. La proposition Partex de 1983. 5. Le plan d’aménagement du Bouregreg ou Plan Pinseau. 6. Le plan d’aménagement dressé par l’Agence urbaine de Rabat-Salé.

[2] Le site du Chellah se situe sur la rive gauche du Bouregreg, à 4 km de la côte atlantique et à quelques 100 m à vol d’oiseau au sud-est de l’enceinte almohade de Rabat. Il occupe les pentes de deux collines et s’étend sur une superficie intra-muros de presque 7 hectares dominant à la fois la plaine alluviale de l’Oulja et l’estuaire du fleuve. De par sa situation topographique et géographique, le site offre des conditions propices à l’occupation humaine dès la plus haute antiquité (VIIe-VIe s. av. J.-C.) : un territoire fertile, des sources d’eau abondantes, des forêts et un site ouvert à la fois sur le fleuve et sur l’océan. Le Chellah comprend : a) le site archéologique antique de Sala ; b) la nécropole dynastique des Mérinides ; c) le site naturel sacré du bassin aux anguilles.

[3] Traduction : « L’oued Bouregreg, ou vallée des grenades ou encore ravin d’Asmir, était connu au printemps pour l’organisation de pique-nique ou de nzāh-a vers le Chellah via l’oued Bouregreg. Les habitants de Salé passaient d’agréables journées à bord des barques accompagnés de troupes musicales, « troupe de melhoun » (melhoun (الملحون) mot arabe qui rassemble toute la poésie en arabe maghrébin, qu’elle soit bédouine ou citadine), dans une atmosphère de joie et de jubilation. Ils poursuivaient leurs activités par la préparation de repas copieux et de représentations théâtrales, al bissat et halqa (les formes les plus anciennes de théâtre traditionnel au Maroc), sous des tentes dressées à cet effet. L’activité continuait jusqu’à la prière d’al asr (prière de la mi après-midi), avant que les foules ne retournent chez elles ». http://www.hespress.com/opinions/251981.html

[4] Le Club nautique de Rabat (CNR), dont l’ancêtre était le Cercle de la voile et de l’aviron de Rabat (CVAR), premier club marocain d’aviron, a été fondé en 1923 par maître Devallon, un avocat français, grand passionné de la discipline

[5] Être sur le quai, sur les bancs ou dans les cafés-restaurants, définit le statut social des usagers, voir plus haut.

© Image d’en tête : BNRM, sans date.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *