Un après-midi à Bouregreg

Par Ikbal Elbouzidy
doctorante en urbanisme à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, INAU
ikbalelbouzidy@gmail.com

« L’anthropologie rappelle que l’espace est délimité, fondé et socialement investi » (Segaud, 2007)[1]

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Bouregreg, espace de loisirs par excellence, situé au cœur de la ville de Rabat ; qui dit vallée du Bouregreg, dit espace de l’entre deux séparant Rabat et Salé, deux villes voisines ; c’est également un espace de rencontre et de croisement, là où les Slaouis et les Rbatis se connectent.

Espace ouvert par ses limites intégratives naturelles (le fleuve) mais aussi par ses limites matérielles enracinées dans plusieurs configurations (les murailles de l’ancienne médina de Rabat et celles de Bab Lamrissa, côté Salé); le pont Hassan II, tel un cordon ombilical, un conduit, reliant les deux villes, permet la mobilité et l’accès aux passants empruntant ce passage.

Son positionnement stratégique, son mobilier et son ameublement urbain de « luxe » en font un espace valorisé socialement (les logements, les restaurants, la marina et ses yachts, les monuments historiques qui l’entourent…). Dans cet espace, mon attention a été attirée par l’émergence de nouvelles constructions implantées en dehors des murailles de la médina de Salé ; ces constructions apparaissent comme une nouvelle figure de limites, de caractère moderne, sans référence explicite au style architectural traditionnel.

Embouchure du Bouregreg, vue depuis Rabat sur les nouvelles constructions côté berge de Salé.

Son statut en tant qu’espace-frontière entre deux villes, ainsi que sa position en tant que point de passage, de transit vers l’autre côté, en font un espace naturellement appréhendé, culturellement et spirituellement investi. Défini par ses composantes sociales, économiques et esthétiques, chacun fait de cet espace son petit monde: c’est une destination convoitée par les marchands ambulants qui en profitent pour exposer et vendre leurs produits (les pêcheurs, les barcassiers, les vendeuses de fleurs, les tatoueuses de Henné…) ; certains en profitent aussi pour exercer leurs passe-temps favoris, en particulier, les activités et sports marins (la pêche – malgré son interdiction -, la natation, le kayak), la photographie, les jeux d’enfants… Cet espace est également investi spirituellement : par la détente et la méditation qu’il procure aux jeunes couples qui peuvent s’y exprimer silencieusement et librement en exposant à l’occasion leur intimité en public ; le va et vient des jeunes, des touristes, des petites familles, tout ce monde déambule en comblant le silence qui y règne…

Au final, cet espace regroupe plusieurs aspects et dimensions opposés, limites et accès, ouverture et fermeture, l’individuel et le collectif, le formel et l’informel, le luxe et l’insalubrité…

Luxe et insalubrité

[1] Cette citation de M. Segaud  (2007) est reprise par Yankel Fijalkow  dans son ouvrage Sociologie du logement, Paris, La Découverte, 2011.

© Image d'entête : Berges du Bouregreg, I. Elbouzidy, 22 mars 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *