Deux rivages, un trait d’union

Par Soukaïna Mekrini
doctorante en urbanisme à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, INAU
soukaina.mekrini@gmail.com

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Sur le quai du Bouregreg, côté Rabat, un marchand ambulant comme il y en a tant d’autres à Rabat, à Salé ou ailleurs. Une charrette, des oranges que l’on voit de loin, un parasol multi couleurs qui vient contraster avec une façade urbaine parfaitement dessinée et conçue par des star-architectes dans une ode à la modernité, au rapprochement et à la connexion. Mais est-ce réellement le cas ?

Le marchand ambulant déambule avec insouciance, discute avec les quelques pêcheurs qui ont installé cannes à pêche et petites chaises le long du quai, malgré l’interdiction bien visible à laquelle ils se sont jouxtés, et drague les quelques filles qui flânent sur l’allée piétonne.

Des bruits, des rires, des sons de voitures que le vent sème sur son passage. Des couples qui font l’allée piétonne plusieurs fois. Une jeune fille qui chante, accompagnée d’un jeune homme en guitare. Des femmes, jeunes, plus âgées sont en plein commérage. Des gamins en bas âge sourient, sursautent et glissent dans des voiturettes louées pour leur grand plaisir. Qui dirait non à une petite voiture flashy qui clignote, après tout ?

Une barque de pêche, une traversée, et l’Oued Bouregreg n’a plus de secrets pour nous.  Du moins c’est ce que l’on croyait.

De l’autre côté du quai, personne en vue, juste une façade urbaine avec des bâtiments aux lignes épurées, aux balcons et fenêtres muets qui semblent venir d’un autre monde et qui cachent la vue sur la médina de Salé. Les allées y sont peu accueillantes, le mobilier urbain peu confortable. Quelques passagers de temps à autres, quelques ouvriers, quelques voitures luxueuses aussi. Les tables des restaurants sont disposées, les menus affichés, les vitrines des petites boutiques de créateurs sont grandes ouvertes mais rien n’invite au lèche-vitrine ou à un café sur ce quai au style pourtant soigné et raffiné.

Toute l’animation que l’on trouvait de l’autre côté de l’oued avait cessé, ici. Un silence assourdissant venait de s’abattre sur cette partie du quai avec ses portes closes et ses trottoirs déserts. Était-ce dû au fait que l’on était un jour de semaine ? En tout cas, le marchand ambulant ne trouvera pas refuge sur ce quai. Les enfants, les pêcheurs et les petites dames non plus.

Tandis que des ouvriers peaufinaient encore les derniers détails d’un bâtiment aux allures distinguées, un hôtel semble-t-il, on continuait de profiter encore des derniers rayons de soleil de la journée, de l’odeur iodée provenant de l’atlantique et de la joie de vivre des gamins en voiturettes clignotantes sur le quai rbati.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *