Marcher sur les traces des pêcheurs du Bouregreg

Par Leïla Chafik
doctorante en urbanisme à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, INAU
leila.chafik11@gmail.com

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Abou rāqrāq (ou Bouregreg) est un fleuve. Sa source provient du Moyen Atlas, précisément du barrage Sidi Mohammed Ben Abdellah. Son embouchure se situe vers l’océan Atlantique, entre Rabat et Salé. « Le projet d’aménagement du site de la vallée du Bouregreg » a été lancé en 2006 en vue de restituer à ces deux villes marocaines un lieu de convergence et de convivialité à travers six séquences (carte 1) [1]. La visite de la séquence « Bab el Bahr » : la ville de l’estuaire (carte 2 et ill. 1) a permis de produire cet article qui traite des représentations et des pratiques spatio-temporelles de la catégorie sociale [2] pêcheurs, dans l’espace public.

Carte 1. Les six séquences du Projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg.

Source : http://www.ecolearchicasa.com/presse/la-vallee-de-bouregreg/

Carte 2. L’emplacement géographique de la séquence « Bab el Bahr ».

Source : Le site de Bouregeg, « Plaquette, état d’avancement, janvier 2010 ». http://www.bouregreg.com/wp-content/uploads/2016/04/Plaquette-Etat-davancement-Janvier-2010.pdf [consulté le 2 mai 2017], p. 7. N.B. : Le point de couleur jaune désigne l’espace public de rencontre, approprié par les pêcheurs professionnels.
Ill. 1. Le projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg : les aménagements proches de la marina du côté de Salé.

Source : Leila Chafik, mars 2017.

I. Typologie des pêcheurs de « Bab el Bahr »

Pratiquer la pêche est un sport de méditation

Passionnés de la pêche (ill. 2), ces hommes tiennent à garder un lien concret avec la nature. Ils fréquentent Abou rāqrāq, du côté de Rabat, pour joindre l’utile à l’agréable.
Ce fleuve représente pour eux un espace-temps, où ils se défoulent et jouissent des richesses de la nature ; elle leur offre, précisément, la sérénité et des poissons. S’asseoir ou se mettre debout sur le quai, tout en pratiquant ce hobby, leur permet de se déconnecter des rythmes accélérés du centre-ville pour retrouver celui d’une vie plus rudimentaire. Abou rāqrāq, pour eux, est une source éternelle de valeurs morales. Il est accueillant ; ses marées, hautes et basses, ressemblent à des appels qui semblent dire : « Venez, n’ayez pas peur, Abou rāqrāq vous offre un moment de détente naturelle ». Il est sage ; il dissipe les tensions que la vie quotidienne impose à travers les confrontations psychosociales. Le son des vagues ressemble à un coaching spontané qui apaise les esprits. Par métaphore, il suggère à l’auditeur de respirer et d’expirer un air rafraîchissant dans un cadre ensoleillé, vaste et attirant par les mouvements luisants de l’eau ; ses attributs pourraient être, en quelque sorte, l’explication de sa dénomination de Abou rāqrāq[3]. Il est généreux ; il les gratifie de poissons frais, délicieux et difficiles à trouver au marché, comme les qrifḥāt, de petits poissons de la famille du šāġou[4]. Ce lieu est un refuge où les pêcheurs espèrent retrouver une certaine harmonie avec leur milieu de vie. Bref, Abou rāqrāq, pour ces passionnés de la pêche, est un fleuve qui régénère leurs énergies spirituelles, car pratiquer ce passe-temps leur permet d’exercer la méditation, afin de retrouver une harmonie intérieure et avec son environnement.

Ill. 2. Les passionnés de la pêche installés sur la rive du Bouregreg du côté de Rabat.

Source : Leila Chafik, mars 2017.

La barque expose les talents des barcassiers et des pêcheurs professionnels

Une barque permet aux pêcheurs, à Abou rāqrāq, de montrer la force de l’homme (ill. 3 et ill. 4). En collectant les richesses d’Abou rāqrāq et de l’océan Atlantique, ils ressentent le goût de l’aventure. La barque honore leurs efforts. En revanche, pour la récompenser, ils lui donnent des prénoms féminins, comme s’ils voulaient dire : « Ensemble, nous nous accomplissons ». Elle est, dans ce cadre, leur moitié, semblable aux femmes ; ils créent ensemble, par ce travail, une union. La barque, a priori, donne sens à leur existence, puisqu’elle les aide à produire un bien. Salwa et Nezha sont deux prénoms marocains, ils font allusion au fait que les barques des pêcheurs ont aussi pour vocation de les accompagner pour explorer le fleuve. Ce sont des barcassiers qui jouent aussi le rôle de guide du site touristique d’Abou rāqrāq. Ils font découvrir aux visiteurs la sensation spécifique d’être sur l’eau. Certains pêcheurs utilisent un moteur afin d’atteindre, lors de la pêche, des endroits plus lointains du côté de l’océan Atlantique. Mais pour faire un tour à Abou rāqrāq, ou le traverser, c’est différent. Un guide, un homme âgé, a délégué à son fils la tâche de ramer, à un rythme qui convient aux désirs des clients ; observer, en toute tranquillité et concentration, la splendeur de ce site. Être sur une barque, au sein de ce fleuve met l’observateur dans une position particulière ; l’angle de vue permet de cadrer, pour mémoriser ce lieu, à la fois l’image de Rabat et de Salé. Autrement dit, cette situation donne l’impression qu’elles sont, historiquement, les résultantes de l’existence de ce fleuve. Ainsi, la barque, pour un visiteur, peut représenter une petite maison d’accueil qui lui permet de découvrir les spécificités de cet espace, en tant que préambule de la diversité et de l’ouverture culturelles de cette région du Maroc.

Ill. 3. Les barcassiers affichent les prix de leurs services sur un poteau.

Source : Leila Chafik, mars 2017.

Ill. 4. Les pêcheurs utilisent des prénoms féminins marocains pour nommer leurs barques.

Source : Leila Chafik, mars 2017.

II. L’appropriation de l’espace public par les pêcheurs professionnels de « Bab el Bahr »

La mise en scène du « nous » des pêcheurs

Le trou dans la passerelle (image ci-dessous) qui mène en premier lieu vers la marina, ensuite vers Salé, manifeste l’existence d’un itinéraire commun aux pêcheurs ; c’est comme s’ils veulent dire :

Source : Leila Chafik, mars 2017.

« Nous, les pêcheurs professionnels, sommes là. Nous utilisons cette passerelle si fréquemment jusqu’à l’abîmer, mais seulement en partie ». Juste après ce passage, on trouve un espace cimenté, où des pêcheurs partagent un espace-temps collectif. Le choix de son emplacement est stratégique. Il permet d’observer à la fois Rabat et Salé, ainsi que l’océan Atlantique.

Il est spatialement central, par rapport à l’axe qui traverse ce fleuve, et socialement peu attractif pour les gens de passage. Cet espace public se distingue par la mise en scène effectuée par les pêcheurs qui profitent de la nature. Ce passage forme une esplanade pour produire une scène. Ils y stationnent leurs motos et bicyclettes pour rencontrer les membres de cette coterie socioprofessionnelle. Ils y trouvent ce qui peut ressembler à une cafétéria. Cet espace collectif comporte des chaises qui ont de belles formes, une table et un restaurateur informel qui couvre son chariot par une bâche. Ces pêcheurs utilisent un petit espace comme dépôt de poissons qui se compose d’un ensemble d’égouttoirs en plastique multicolore, où ils stockent les poissons avant de les vendre à Salé.
Le débarras du chantier de construction de la marina ne les gêne pas. Au contraire, il fait partie du décor et montre que cette scène accepte le désordre. Une stratégie pour s’approprier un espace, en l’orientant vers des pratiques peu tolérées comme la consommation d’alcool. Le filet de pêche abîmé est mis sur le sol, alors que le nouveau est sauvegardé dans un sac bleu, utilisé habituellement pour conserver le blé. Par ailleurs, cette masse de ciment n’a laissé personne indifférent, quelqu’un y a apposé la lettre « R » pour marquer sa présence.
Tous ces objets et ce contexte montrent l’appropriation de cet espace par les pêcheurs. L’important étant de se réunir et d’échanger.

Ill. 5. L’espace public approprié par les pêcheurs à « Bab el Bahr ».

Source : Leila Chafik, mars 2017.

Que leur offre cette mise en scène ?

Manger des poissons frits, bavarder, s’asseoir en couple d’amis sur des chaises à côté du vendeur, pourquoi ne pas rester près de lui pour se protéger de la chaleur, ou bien préférer une rencontre plus intime en utilisant des tables et des briques de ciment pour pratiquer la méditation (ill. 6). Tous ces services sont les conséquences de cette réalisation, élaborée par les pêcheurs en vue de se relaxer et d’échanger, tout en jouissant de la vue panoramique sur Rabat et Salé.

Ill. 6. Les jouissances des pêcheurs dans cet espace de rencontre.

Source : Leila Chafik, mars 2017.

Complémentarité entre vendeur informel et pêcheurs

Le vendeur de poissons frits essaye apparemment d’assurer un certain niveau de confort pour ces pêcheurs-clients, (ill. 7). L’harmonie de cette scène se matérialise par l’adaptation des restes du chantier de construction de la marina avec le contexte de leur vie professionnelle. La précarité du vendeur se manifeste par l’usage de meubles usagés dans cet espace qu’il s’approprie, pas seulement pour vendre, mais aussi pour y habiter. Ce petit métier lui donne, a priori, l’espoir de construire un projet de vie, en jouant un rôle auprès des pêcheurs. Cet espace représente pour lui un abri où il espère, à sa manière, donner sens à son existence ; il veut se sentir utile en servant les pêcheurs et montrer qu’il est apte au travail. Il a choisi cet espace où il est accepté par les pêcheurs qui lui ont délégué le service de restauration. Les pêcheurs de cette esplanade, mais aussi ceux qui se trouvent sur le sol cimenté de l’autre rive, collaborent ensemble pour réparer leurs filets (ill. 8). Cette activité, d’après eux, requiert l’utilisation d’un espace propre et loin du sable, où ils peuvent aussi s’asseoir pour changer le filet, afin de l’adapter à la pêche du merlan ou de la sole.

Ill. 7. L’appropriation de l’espace public par un vendeur informel.

Source : Leila Chafik, mars 2017.

Ill. 8. L’appropriation de l’espace public par des pêcheurs professionnels.

Source : Leila Chafik, mars 2017.

Cet espace public privatisé constitue un interstice. Il n’est pas fréquenté par les visiteurs ordinaires d’Abou rāqrāq du côté de Rabat, ni par les habitants de la marina ; ces derniers préfèrent utiliser leurs voitures particulières ou bien les transports en commun pour traverser le pont entre Rabat et Salé. Vu son état d’équipement, il ne peut être exploré qu’à l’aide de barques, de vélomoteurs ou de bicyclettes. Les pêcheurs et leur restaurateur sont des habitués de la nature dite sauvage, avec ses herbes et sa faune (ill. 9). Ils ont appris leurs langages jusqu’au point de pouvoir les côtoyer ; les chats domestiqués y dorment et y circulent en toute tranquillité.

Ill. 9. L’espace-scène de rencontre ouvert sur le monde extérieur via des pistes.

Source : Leila Chafik, mars 2017.

Vraisemblablement ceux qui intègrent cette scène la trouvent conviviale ; ils y pratiquent les activités du quotidien, peuvent y accueillir des amis qui viennent de loin en bicyclette. De même, la visite de gens étrangers au lieu ne les dérange pas. Les grandes provisions d’eau qu’ils font, les quelques meubles accumulés montrent qu’une vie intime se déroule dans cet espace public. Toutefois, cette appropriation reste provisoire. Le restaurateur informel pense que son adaptation au lieu comme celle de ses clients n’est reconnue que par le groupe des pêcheurs.

Diverses pratiques dans l’espace public

Fatigués, les pêcheurs s’éloignent de leurs barques, les placent sur le sable, en vrac, sans contrôle apparent (ill. 10). La possession d’une barque, par un ou plusieurs pêcheurs, échappe à la compréhension spontanée d’un observateur ordinaire. En parallèle, on remarque aussi une autre pratique (ill. 11) ; dans la société marocaine, consommer de l’alcool, dans un espace public ouvert, est considéré comme un acte qui risque de mettre en faute celui qui l’exerce et de manquer au respect, à la sécurité et à la tranquillité des gens, notamment dans les espaces fréquentés par les familles. Ceci permet d’expliquer le choix de cet emplacement isolé des regards indiscrets utilisé par certains buveurs. Ainsi, son appropriation pour consommer de l’alcool, la nuit, en se protégeant par cet escalier de transit des regards des gens, montre une stratégie d’évitement de tout conflit d’usage.

Ill. 10. L’amarrage d’un ensemble de barques sur une superficie limitée montre une culture du travail chez les barcassiers et les pêcheurs professionnels.

Source : Leila Chafik, mars 2017.

Ill. 11. Emplacement choisi par des buveurs d’alcool qui montre leur intention de dissimuler cette pratique.

Source : Leila Chafik, mars 2017.

De retour, ces pêcheurs et leurs amis récupèrent leurs moyens de transport qui conviennent à une route, après avoir joui de cet îlot artificiel, entouré d’un mur temporel, au sein d’Abou rāqrāq. Autrement dit, comme cet endroit n’est pas aisément accessible par les gens ordinaires, loin des flux et des rythmes accélérés de la vie urbaine, ces pêcheurs l’ont ajusté à leur propre culture de partage. Ils y ont créé une scène avec un rythme de vie qui leur permet de produire leur propre espace d’échange, sans qu’ils s’isolent du reste du monde. Mais ils sont conscients que cette privatisation est éphémère.

Bibliographie, sitographie

DEGENNE Alain, FORSE Michel, Les réseaux sociaux : une analyse structurale en sociologie, Paris, Armon Colin, 1994.

DE GAULEJAC Vincent, BONETTI Michel, FRAISSE Jean, L’ingénierie sociale, Paris, Syros/alternatives, 1989.

L’Agence pour l’aménagement de la vallée de Bouregreg, [en ligne] http://avitem.org/sites/default/files/ressources/pdf/article/6note_de_presentation_projet_bouregreg.pdf [consulté le 2 mai 2017].

Le site de Bouregeg, Plaquette, état d’avancement, janvier 2010, [en ligne] http://www.bouregreg.com/wp-content/uploads/2016/04/Plaquette-Etat-davancement-Janvier-2010.pdf [consulté le 2 mai 2017].

Notes

[1] Agence pour l’aménagement de la vallée de Bouregreg : Projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg [en ligne] http://avitem.org/sites/default/files/ressources/pdf/article/6note_de_presentation_projet_bouregreg.pdf [consulté le 02 mai 2017], p. 6.

[2] Une catégorie sociale est un regroupement d’individus qui pratiquent une activité commune. C’est une réalité structurelle. Elle se compose de plusieurs groupes sociaux, organisés sous forme de réseaux sociaux. Un groupe social se caractérise par des relations structurées; à savoir, les individus nouent des liens entre eux par des régularités de comportements et de statuts. Cette structure assemble ceux qui partagent les mêmes aspirations, afin de produire un projet politique. Pour matérialiser ce but, les membres d’un groupe social utilisent une structure qui exerce sur ses acteurs une contrainte à travers l’influence sociale (De Gaulejac, Bonetti et Fraisse, 1989 : 115-116; Degenne, Forsé, 1994).

[3]« Abou » signifie, en arabe, « le père ». « Rāqrāq » désigne l’état d’un liquide, notamment une eau qui brille, se meut en petites vagues et produit un son reposant. Dans un cadre poétique, « Abou rāqrāq » peut avoir cette signification métaphorique : « abou » peut faire allusion au fleuve, et « rāqrāq » désigne sûrement les qualités de l’eau de surface au sein de la nature. Autrement dit, cette expression pourrait signifier que ce fleuve est le lieu d’une source importante d’eau courante, c’est-à-dire, fraîche, visuellement brillante et phonétiquement reposante.

[4] En darija, šāġou désigne un type de poisson qui s’apparenterait à de la daurade.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.