Pleins et vides

Par Ghizlane Dhaidah
doctorante en urbanisme à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, INAU
ghizzytect@gmail.com

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Je vois la ville, je vis la ville à un rythme qui n’est pas le mien, ni celui de la ville toute entière, mais au rythme d’une déambulation urbaine en groupe éparpillé, marqué par un arrêt par-ci, une conversation par-là.

Je questionne l’espace public que j’observe, je fais un commentaire sur sa vie à laquelle je ne contribue presque pas, j’essaie de mimer la démarche d’un passant, j’avance plus rapidement pour rejoindre la conversation commune, je m’arrête devant un paysage, un pêcheur, un marchand, une architecture. J’ose m’arrêter, car je me sens en sécurité, puis j’accélère le pas quand je flaire le danger, je m’approche de la foule, car celle-ci protège ; mais je m’ennuie, je constate, quand je m’attarde le temps d’une réflexion, que je suis rbatia [de Rabat], mais ici, à cette heure-ci, avec ces gens-là, je ne me sens pas chez moi.

Je fais partie d’un groupe de doctorants investi dans un atelier d’écriture urbaine;  le jour de notre déambulation urbaine, nous quittâmes  la quiétude d’une salle de cours, bien placides derrière un écran ou un calepin, pour rejoindre les berges du Bouregreg.

Avant le départ
Une journée ensoleillée, peu après le déjeuner, nous avançons nonchalamment vers l’autocar tout en discutant. Après quelques hésitations sur l’itinéraire à prendre, celui-ci nous mène au rythme de ses accélérations aux quais des Oudayas par la route côtière.

Départ
Embarqués à la vitesse de l’autocar, nous n’avons le temps de nous attarder sur les détails du paysage qui s’offre à notre vue. Mais nous remarquons quelques édifices le long du tracé maritime, particulièrement un ancien hôpital imposant, l’hôpital Marie Feuillet ; puis un bâtiment isolé au bord de la mer, le fort Rottembourg, inconnu vraisemblablement de la plupart des habitants et délaissé depuis bien des décennies ; enfin un phare, un rond-point, est-ce le bon chemin ? Le chauffeur accélère, nous nous perdons dans nos conversations, et peu après nous arrivons à notre premier arrêt, proche de la kasbah des Oudayas.

Les quais du Bouregreg

Nous marchons doucement et prenons le temps de nous arrêter, de prendre des photos, de discuter, de parler à des inconnus. C’est une belle journée de printemps, le soleil brille et laisse refléter la surface bleutée de la mer au loin, et la surface verte bleue du fleuve où les barques sont quasi immobiles. Une mélodie en arrière-plan, celle de Mireille Mathieu, rejoint le clapotis des vagues et l’odeur salée qui se colle à nos narines :

« La mer qu’on voit danser
Le long des golfes clairs […]
Avec les anges si purs
La mer bergère d’azur
Infinie ».

Certains s’adonnent à la pêche, d’autres sont là assis aux bords du quai observant le paysage, les passants, la rive d’en face… Des pêcheurs sont assis par terre et préparent bien patiemment leurs filets, certains sont allongés au soleil. . . Sur cette rive, le temps s’arrête, c’est le dolce farniente. Un peu plus loin, ceux qui peuvent se payer un café sont bien installés à l’ombre et semblent s’imprégner de cette lenteur. Des enfants nous proposent des Kleenex, ils insistent, 1,50 dh seulement, prenez-en mesdemoiselles, s’il vous plait ! On hésite, un enfant doit être à l’école à cette heure-ci, on ne veut pas encourager ce genre de pratique. Et pourtant, on met nos valeurs de côté, et on craque pour le sourire qui se dessine sur leurs visages lorsqu’ils touchent le métal des quelques pièces qu’on leur offre.

Nous avançons vers les barques, le groupe se divise, entre excitation, hésitation et totale indifférence… Nous nous installons dans les barques avec des dames, on se sent à l’écart, à la marge de ces aménagements importants à l’échelle de la ville. Les barques avancent doucement, nous sommes déçus de ne pouvoir passer plus de temps entre les deux rives, laissant derrière nous un paysage urbain qui évoque les années 1990 et avançons vers les nouveaux aménagements « haut standing ».

Des pas vers l’avant ? Vers le futur ? Vers le vide ?

On avance à la même allure, avec la même lenteur, mais cette fois-ci, ce n’est pas la paisibilité qui règne, c’est l’hésitation… On nous a trop souvent décrit ces projets qui paraissent si bien faits de loin, on les a tellement qualifiés de « porteur de potentiel » ; avec des architectes de renom cités au gré des conversations pour étoffer les phrases et les faire rimer à l’international.

Surprise : ici un vide, mais pas le vide qui laisse apparaitre le plein. Ici, c’est vide, et c’est plein, de constructions, de demeures, de plateaux de bureaux, d’ « espaces de vie », vidés, sans vie, sans esprit, sans bruit… Il n’y a plus que l’espace qui subsiste dans son silence, laissant place aux questionnements.

Image d'en tête © www.bouregreg.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *