Temporalités sur les rives du Bouregreg

Par Youness Kabbal
doctorant en urbanisme à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, INAU
younesskabbal@yahoo.fr

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Au lendemain du début du printemps, nous nous sommes arrêtés sur la manière dont des espaces publics conçus par le haut, par une structure de gestion de maitrise d’ouvrage urbaine (qualifiée d’unique), sont appropriés par le bas, c’est-à-dire par les citadins qui les fréquentent. Quelles pratiques et quels usages pouvons-nous observer sur les deux rives du Bouregreg ?

Sur la rive du côté de Rabat, les pratiques et les usages tendent à autoriser le non-autorisé, dans un espace caractérisé par nombre de signalétiques qui interdisent le simple fait de nager et de pêcher, alors que tout le monde nage et pêche. Ces pratiques pourraient entrainer une grande défiance puisqu’elles défient le cadre forgé par les normes imposées et instaurées par l’aménageur public.

Ill. 1. Des pratiques d’appropriation de l’espace qui autorisent le non-autorisé.

Source : Youness Kabbal, avril 2017.

Certes, les pratiques d’appropriation de l’espace public ne se limitent pas à l’activité informelle, d’autres activités s’y déroulent : promenades, balades en couples, en groupes d’amis, en groupes de femmes, en familles ; des couples le long de la corniche, des groupes de femmes sous les arbres et dans les espaces verts, des groupes d’amis et de familles se rassemblent au milieu du quai.

Ill 2. Visibilité et anonymat. Source : Youness Kabbal, avril 2017.

Ill 3. Des jeunes le long de la corniche.

Source : Youness Kabbal, avril 2017.

Ill 4.  Les activités informelles comme forme d’appropriation de l’espace.

Source : Youness Kabbal, avril 2017.

Sur la rive du côté de Salé, la présence de bouteilles d’alcool jonchées au sol montre que d’autres pratiques ont cours. Ces pratiques se déroulent pendant un temps précis et renvoient à la dimension nocturne de ces lieux, entrainant la ville dans une ambiance particulière. La prise en compte de cette dimension pourrait enrichir la définition des espaces publics,  aider aussi à la manière de les lire, de les observer, de les décrire et les analyser. L’ambiance nocturne de ces espaces où les gens s’y rendent pour se déconnecter du reste du monde est en contraste avec une rive qui a tendance à se connecter de plus en plus au système monde et à se globaliser.

Primo, par la construction de logements de luxe, d’espaces d’animation franchisés fortement connectés au système monde tout comme sur la rive rbati ; secundo, par la marina permettant de développer un espace ouvert sur le contexte mondial de plaisance et de dépaysement maritime.

S’agissant de la dimension nocturne de l’espace public, la nuit est synonyme de fin de journée de travail, d’heure de prière, al-maghrib al’ichaa, de rupture du jeûne, de spiritualité, laylat al-qadr, de réunion familiale, mais aussi de peur, construite autour de mythes – les jnouns sortant la nuit -, de couvre-feu des enfants et des femmes dans les sociétés conservatrices. La nuit également est symbole de romantisme et d’amour. C’est là où quelques pratiques qualifiées de déviantes apparaissent et prennent place parmi les autres pratiques. La nuit constitue un abri et un refuge pour se cacher des regards, afin de pouvoir consommer de l’alcool tout en se déconnectant du reste vaniteux ; tout en laissant les détritus dans l’espace, comme pour dire, nous sommes là, nous faisons partie de cette société, nous existons.

En revanche, et dans d’autres espaces publics, les pratiques « déviantes » ne sont pas réservées forcément à la dimension nocturne. Elles peuvent se faire en plein jour, comme nous avons pu le constater lors d’une visite de terrain à Jerada, où nous avons assisté à des pratiques de consommation d’alcool dans un espace public pendant la journée.

Ill. 5 Traces des pratiques « déviantes ».Source : Youness Kabbal.

Pour résumer un peu ce que nous venons d’évoquer ci-dessus nous proposons la grille d’observation de l’espace suivante :

Tableau 1. Éléments de la grille d’observation.

Les thèmes Ce que j’ai vu Ce que j’ai entendu Ce que cela m’a évoqué
Population :

que font ces personnes ? Comment se comportent-elles ? Dans quel(s) lieu(x) ? À quel(s) moment(s) ?

Des jeunes, des femmes viennent en groupes ; des couples viennent chercher l’anonymat, d’autres pour vivre leur intimité en public ; des familles ramènent leurs petits enfants pour jouer aux voiturettes. Un pêcheur amène sa petite famille pour se divertir en même temps qu’il pêche ; des groupes de femmes parlent de tout et de rien ; une fille vient pour chanter. Ces différentes catégories sociales créent des espaces dans le même espace ; un espace pour les couples et les groupes d’amis, un autre pour les groupes de femmes, et un autre pour les familles et leurs enfants.
Espace physique et équipements Aménagé par l’agence du Bouregreg ; des bancs ; des escaliers qui donnent accès aux barques ; une marina.
Vie économique Des cafés et des boutiques franchisés ; de l’activité informelle ; des barcassiers qui vendent des poissons en gros.
Construction et logement Construction de logements de luxe dont le taux de remplissage semble ne pas répondre aux ambitions de l’aménageur.
Transport Des petites barques transportent les gens entre les deux rives du Bouregreg.

Source : Youness Kabbal, avril 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *