L’appropriation commerciale de l’espace public ou quand l’occupation du sol devient une ressource

Par Zineb Amarhroud
doctorante en urbanisme à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, INAU
amarhroudzineb@gmail.com

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Les trois espaces publics visités, berges du Bouregreg, bab Lamrissa à Salé et bab el-Had à Rabat, frappent par l’occupation commerciale des lieux.

Si le quai de Rabat et bab Lamrissa montrent une occupation commerciale limitée spatialement, la place bab el-Had quant à elle, se distingue par une occupation du sol qui se prolonge à l’intérieur des murailles. Ce contraste d’occupation peut être expliqué par différents facteurs liés à la morphologie de l’espace et à l’emplacement de la place.

Ill. 1. Occupation du sol, marchands ambulants à l’intérieur des murailles de bab el-Had, Rabat.

Source : Amarhroud Zineb, avril 2017.

Sur les berges du Bouregreg, les pratiques sociales de l’espace public diffèrent selon les catégories sociales. Pour certains, le quai du Bouregreg est un espace de détente, de jouissance de la vue splendide sur le fleuve et ses barques et de pratiques de loisirs (bicyclettes, patins à roulettes, voiturettes,  pêche malgré l’interdit). Tandis que pour d’autres, le quai du Bouregreg est utilisé comme une source de revenus. On y trouve différentes pratiques : des pêcheurs qui réparent les filets de pêches, des barcassiers qui assurent un voyage à 2,50 dh/personne pour passer de l’autre côté du Bouregreg, une jeune femme qui occupe un banc et propose du henné à ses clientes ; d’autres activités informelles ont cours : marchands ambulants qui vendent des chips, du café, des pop-corn, des fleurs, des mouchoirs, du jus d’orange, des escargots… Nous pouvons dire que le quai du Bouregreg a une double fonction : une source de revenus pour les marchands ambulants et un espace de loisir pour d’autres.

Ill. 2. Occupation d’un banc par une jeune qui propose du henné, quai du Bouregreg, Rabat.

Source : Amarhroud Zineb, avril 2017.

De l’autre côté de l’oued Bouregreg, se trouve la marina de Salé. Un espace aménagé autrement, offrant une vue panoramique sur la ville de Rabat, la tour Hassan, le mausolée, les Oudayas et le Bouregreg. Moins fréquentée que le quai de Rabat, la marina de Salé n’est pas accessible à tout le monde.

Plus loin, la place de bab Lamrissa est fréquentée par les habitants du quartier du Mellah de la médina et des quartiers avoisinants. Là aussi, on remarque l’appropriation de l’espace par des loueurs de voiturettes, et par ceux et celles qui viennent profiter du beau temps et de la verdure… En faisant quelques pas dans les rues du Mellah, on constate que les menuisiers, occupent les trottoirs en y mettant leur matériel et produits finis (meubles).

Quant à bab el-Had, considérée comme un carrefour, cette place est accessible par des personnes de différentes catégories sociales et de tous les âges car située juste en face des stations de bus, de taxi et de tramway. Là, on remarque une variété d’occupations du sol qui s’étendent jusqu’à l’intérieur des murailles : des marchands ambulants (aux produits multiples), de jeunes recrues chargées de faire la publicité pour un nouvel opérateur téléphonique, des passants utilisant la fontaine comme un banc…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.