La marche printanière de l’entre deux

Par Imane Brahimi
doctorante en urbanisme à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, INAU
imanebrahimi.archi@gmail.com

[Texte issu d’un atelier d’écriture, voir l’introduction.]

Rabat

Je suis née à Rabat… J’ai grandi à Rabat… Je me sens chez moi à Rabat… Pourtant, cette ville se révèle à moi, à chaque fois, différemment. Ce jour-là, beau jour de printemps au ciel d’un bleu pur, augurait une saison splendide. Le soleil brillait intensément et ses rayons chassaient les derniers nuages qui hésitaient encore à partir.

Les sourires et les cris de joie embellissaient l’ambiance déjà conviviale de la rive de Rabat. Ce lieu fait partie pour moi du centre-ville, même si, géographiquement il ne l’est pas ; c’est un lieu chargé, empli de citoyenneté, de mémoire et d’intensité émotionnelle. Les enfants couraient dans tous les sens. Leurs cris de joie et d’allégresse fusaient de partout. Les brises printanières évoquaient la jeunesse, la gaieté, le renouveau de la nature et une douce et calme musique me berçait à ce moment-là … Chopin, la Marche du printemps.

Cette œuvre alimentait et agrémentait, pour moi, le rapport entre espace et musique, au sens où l’on assiste au déploiement d’une texture sonore et musicale, calme et expressive, dans un univers architectural et urbain où les sons environnants se font écho.

L’oued, cette frontière de l’entre deux (Rabat et Salé) suscite à lui seul de multiples sensations, et amène le visiteur à une jouissance subtile et complexe, naissant autant d’une complicité que d’une découverte ; un pur plaisir pour les sens. Les barques transportent les visiteurs et semblent les inviter à explorer un espace sans bornes.

Salé

De l’autre côté de la rive, Salé. Une façade aux lignes froides et bien dessinées au kutch et à la règle, cache toute la médina de Salé. Une seule envie, parcourir à grands pas cet espace vide et froid et partir à la découverte d’un paradis perdu. La fameuse symphonie n° 40 de Mozart, aux nombreuses syncopes et dissonances, et aux fortes différences rythmiques, m’accompagne tout au long de ce parcours, dans la quête d’un rapport musical calme et paisible.

Bab el-Had

Un deuxième espace m’interpelle également dans chacune de mes balades à Rabat, le centre-ville historique. C’est un espace qui est senti autant que parcouru. L’esplanade de Bab el-Had est un espace de rencontre, de mixité sociale et d’usages, un lieu disparate et éparpillé où l’on arrive tout de même à se repérer à travers les flux des usagers.

Le mouvement apparent des objets tout autour, le rythme induit par les espaces et les flux de passants s’harmonisent avec le paysage. Quelle belle et agréable marche du printemps…

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.