Qu’est-ce qu’un ksar pour un Mozabite ?

Par Nora Gueliane
Architecte, docteure en Études urbaines, architecture et paysage,
EHESS (Paris)

noragueliane@hotmail.fr

Cet article est tiré d’une thèse soutenue à l’École des hautes études en sciences sociales[1] ; celle-ci porte sur l’étude de la solidarité au M’Zab (Algérie) à travers les cas de nouveaux ksour (qsûr, sing. ksar ou qsar)[2]. L’article se penche plus spécifiquement sur la notion de ksar et a pour cadre géographique la vallée du M’Zab (ou Ighzar n M’Zab), située dans la Wilaya de Ghardaïa (préfecture), dans le Sud algérien. La région est occupée par une minorité : les Mozabites (Imzabiyen), des Berbères zénètes ayant adopté le rite ibadite de l’Islam[3]. La vallée du M’Zab est connue par ses ksour historiques qui lui ont valu le classement, en 1982, en tant que patrimoine mondial de l’humanité.

 Fig. 1 : Situation de la Wilaya de Ghardaïa en Algérie.

 Source : www.google.dz

Dans cet article, nous revenons sur la notion du ksar, telle que comprise par les Mozabites. Pour ce faire, nous avons d’abord rassemblé des ressources documentaires et bibliographiques disponibles sur les ksour sahariens, en particulier sur ceux du M’Zab. Ensuite, nous avons entrepris une enquête de terrain en réalisant de nombreux entretiens avec divers intervenants.

Une série d’entretiens ont été réalisés auprès d’habitants mozabites issus des ksour d’Ighzar n M’Zab. Ces témoignages ont été recueillis auprès d’hommes et de femmes de différents âges appartenant à des classes sociales variées : des spécialistes du bâtiment, des linguistes, des oumanas[4], des administrateurs, des activistes dans des associations du patrimoine, des azzabas, des notables, et de simples citoyens. L’objectif était de recenser plusieurs points de vue au sein de la population afin de revenir sur la définition de la notion de ksar telle que comprise par les Mozabites eux-mêmes.

Fig. 2 : Aghrem n’At Yezjen, Beni Isguen, vallée du M’Zab.

© Nora Gueliane, 2016.

Fig. 3 : Aghrem n’At Bounour, vallée du M’Zab.

© Nora Gueliane, 2016.

Fig. 4 : Tajnint, El Attef, vallée du M’Zab.

© Nora Gueliane, 2016.

Le ksar, une notion générale 

Le ksar est une typologie de villes et/ou villages sahariens et semi-sahariens fortifiés. Cette définition sommaire ne reflète pas pour autant la simplicité de la définition du mot ksar à cause de la diversité et de l’hétérogénéité des établissements humains relevant de cette définition[5]. Dans sa thèse sur les ksour de Mauritanie, Ould Eida Ahmed Mouloud (2008) explique que ces fortifications ont probablement vu leur apparition vers les XIe/XIIe siècles en concordance avec la situation sécuritaire qu’a connue la région durant cette période. Pour l’auteur le mot ksar, apparu très tôt dans les sources médiévales, est évoqué par Al Idrissi dans Nuzhat al mushtaq  et par Ibn Khaldoun dans Kitab al-Ibar. Néanmoins, les brefs passages consacrés aux ksour ne permettent pas de s’en faire une représentation précise (Ould Eida, 2008).

Étymologiquement le sens arabe du mot ksar vient de kassara (qasara) qui implique l’idée d’enclore et de donner des limites spatiales (mana‘a/habasa), pour faire allusion aux grandes maisons « édifices », fortifiées qui surplombent les autres maisons de la cité. Ce qui implique que le sens même du mot ksar (pluriel ksour) renvoie à une sorte d’installation défensive/fortification qui abrite les habitants en cas de guerre ou de danger (Othman, 2014, p. 373.). Marc Côte (2005, p. 123) fait référence à une autre signification du mot ksar qui est « palais ». Celle-ci n’est pas loin de la première, dans le sens où les palais prennent souvent la forme de fortifications – munies d’un ensemble de dispositifs défensifs qui les rend infranchissables en cas d’attaque.

Mounia Chekhab-Abudaya avance une hypothèse développée par Irfan Shahid expliquant que le terme ksar est un emprunt au grec kastron et au latin castrum, désignant tantôt un fort, tantôt une place forte ou un camp, voire la résidence d’un émir ou d’un gouverneur, un palais ou un bâtiment de grande envergure. L’auteure précise que Jean-Pierre Van Staëvel explique qu’au Maghreb :

« La variété sémantique et l’emploi du terme “qasr” permettent de distinguer quatre types de qsur : le “palais, lieu d’existence de l’autorité politique ou lieu de résidence aristocratique” ; le “site fortifié, fortin ou forteresse” ; la “forme d’habitation communautaire fortifiée” ; le “grenier collectif”. Pour enfin conclure qu’en Ifriqiya et au Maghreb, le terme se rattache à un village, une ville ou une place fortifiée » (Chekhab-Abudaya, 2012, p. 301).[6]

C’est la définition qui nous semble la mieux adaptée au contexte maghrébin puisque dans son chapitre sur la création du ksar, Sheikh Abu El Abbas Al Farstaï[7] ainsi que les deux auteurs Mozabites Abdelaziz al Thamini[8] et Sheikh Tfayesh[9] décrivent le ksar comme une ville fortifiée et non pas un palais. Notons que c’est la définition qui converge vers le mot aghrem employé dans plusieurs régions du Maghreb pour désigner le ksar, un point que nous détaillerons dans les pages qui suivent.

Différentes approches ont été adoptées pour définir un ksar. Certains auteurs abordent la notion par rapport à la différence entre citadin et nomade. Dans ce sens, celui qui habite une tente est nommé nomade. Contrairement à lui, le ksourien habite de manière fixe un bourg. Ainsi, la taille de ce bourg importe peu « car même une dizaine de demeures fixes est toujours appelée ksar, et le langage ordinaire ne fait aucune nuance suivant la dimension de l’établissement » (Mercier, 1922, p. 37). Dans ce cas, le ksar est alors une agglomération relativement importante dans les zones arides et sahariennes; une ville, un village ou tout simplement une agglomération de maisons, souvent denses et serrées.

D’autres abordent la notion du ksar selon ses fonctions. Dans ce cas, « les ksour sont ces imprenables forteresses érigées sur les grands parcours caravaniers qui reliaient le nord au sud de l’Afrique subsaharienne » (Mahrour, 2011, p. 197). D’autres, encore, définissent le ksar suivant ses matériaux de construction et ses formes architecturales et urbaines. Les ksour sont dans ce cas définis comme :

« Des vraies villes, fortifiées ou non, avec mosquée, rues, quartiers. L’architecture y est massive et les habitations sont densément blotties autour des mosquées aux minarets carrés tout aussi sobres et austères que les maisons, même si les pierres y sont mieux ajustées. Aucune recherche architecturale, aucune fantaisie n’a présidé à la construction de ces ksour qui exhalent le dépouillement et l’ascétisme de l’islam saharien. L’utilisation des seuls matériaux disponibles sur place (la pierre – grès primaires blancs, gris, verts ou rouges –, l’argile des bas-fonds ou carrières utilisé comme torchis, pisé ou banco) concourt à une continuité visuelle : profondément ancrées dans le sol dont elles émergent, les villes se confondent avec leur environnement ; l’intervention humaine y demeure minimaliste ; la symbiose est totale » (Gravari-Barbas, 2005, p. 358).

Le ksar est aussi défini comme un écosystème naturel, économique et social dont les pièces sont articulées avec soin. Si un élément est atteint, l’équilibre de ce système risque d’être perturbé. Ainsi,

« Le ksar-village, ou le bourg oasien, est une agglomération durable, de taille relativement modeste, qui existe par et pour son terroir : la palmeraie. L’aire villageoise est un tout, à la fois système écologique et structure sociale, et les rapports entre le bourg et son espace dépassent l’économique, même si des correspondances peuvent exister entre la configuration des quartiers bâtis et celle des quartiers de culture. La vie villageoise repose sur un équilibre, parfois tensionnel, entre des ensembles agnatiques (les familles) qui sont hiérarchisés et qui définissent des notables. Ces chapelets villageois, les ksour-oasiens, étaient en articulation étroite avec la ville citée. Chaque réseau d’agglomérations s’identifie à partir de sa cité » (Belguidoum, Boudinar, 2015, p. 7).

En conclusion de sa thèse, Mounia Chekhab-Abudaya a essayé de faire un récapitulatif de tous les éléments qui ont été évoqués ci-dessus. L’auteure a ainsi défini le ksar comme :

« Un type d’implantation humaine au Sahara, semi-sédentaire, voire sédentaire, bâti le plus souvent en hauteur sur un promontoire rocheux et à proximité d’un wadi. La morphologie du terrain sur lequel il est construit et son environnement immédiat (palmeraie, erg, dépression ou plateau rocheux) détermine les matériaux de construction employés, sa forme générale et la distribution interne de ses espaces (radioconcentrique ou en damier). Le qsar présente un système de fortification composé d’un mur d’enceinte ponctué de tours et percé de portes. Il est composé d’une grande mosquée d’ordinaire au centre de l’agglomération, généralement d’une qasba comme centre de pouvoir, d’un habitat à patio central et parfois troglodytique, d’une place du marché habituellement en périphérie démontrant le rôle de relais que joue le qsar sur les routes du commerce transsaharien, et enfin d’un découpage par quartiers et un réseau de circulation traduisant une hiérarchisation sociale au sein de l’agglomération » (Chekhab-Abudaya, 2012, p. 328).

Pour conclure, nous retiendrons les points indispensables pour caractériser un ksar. Ce dernier est essentiellement une fortification, munie de dispositifs défensifs. Dans le contexte maghrébin, il s’agit essentiellement de ville/bourg fortifié et non pas de palais. Le ksar est aussi un écosystème naturel et social marqué par certaines caractéristiques urbaines et architecturales qui sont présentées dans les pages qui suivent.

Le ksar pour les Mozabites

La présentation des différentes définitions données dans les sources bibliographiques et l’enquête de terrain mènent à s’interroger sur l’emploi du terme arabe ksar au M’Zab, environnement à majorité berbère. Pour comprendre cet usage, nous nous sommes référés à un auteur local, Ben Yahya Hajj Ayoub Ben Brahim (nommé Sheikh Garadi). Ce dernier a expliqué dans son ouvrage, risalat fi ba’dhi a’raf wa ‘adat oued M’Zab (Lettre-récit sur quelques coutumes de l’oued M’Zab)[10], que l’arabe étant la langue du Coran, les Mozabites n’ont aucun problème avec elle. Au contraire, ils sont fiers de l’utiliser dans leur quotidien et dans leurs écrits. L’arabe est de ce fait, comme le tamzabt, une des composantes de la personnalité et de la culture musulmane du Mozabite. C’est d’ailleurs pour cette raison que certains auteurs mozabites procèdent eux-mêmes à une arabisation des mots et des termes d’origine berbère (Ben Yahya, 2009, p. 26). Le même constat a été fait par Mounia Chekhab-Abudaya, qui a signalé que l’arabisation du Maghreb et « l’emploi commun de qsar en langue arabe chez les auteurs médiévaux ont pu généraliser le terme arabe » (Chekhab-Abudaya, 2012, p. 308).

Pourtant, dans son ouvrage, Le Sahara français, Capot-Rey évoque l’utilisation au M’Zab du mot aghrem, qui désigne une unité d’habitation plus petite que le ksar. Selon lui aghrem désignerait les hameaux qui sont des agglomérations moins importantes qu’une ville (Capot-Rey, 1954, p. 234-235). Contrairement à Rey, Mercier n’établit à aucun moment un lien entre la grandeur de ces établissements et leurs appellations (ksar ou aghrem). Pour ce dernier, les deux mots désignent la même chose. Quand il s’agit d’une bourgade sans grande importance, l’auteur emploie un autre mot encore : amezdar. Mercier souligne aussi que :

« dans leur zanatia (i.e. la langue berbère du Mzab), les Mozabites appellent leurs cités “tamdint” [une version berbère du mot arabe madina qui signifie ville], et, beaucoup plus fréquemment, “ar’rem. Ar’rem” a le sens de ksar non seulement au M’Zab, mais aussi en Kabylie et au Sahara du soudanais » (Mercier, 1922, p. 37).

L’auteur précise également que dans des cas fréquents, les Mozabites utilisent tout simplement le nom du ksar par exemple Ath Isjen, Tagherdayet sans aucun ajout.

Brahim Cherifi définit également aghrem comme étant l’appellation employée dans le M’Zab.

« Les Mozabites emploient le mot berbère ayrem (pluriel iyermen) pour dire à la fois bourgade, village, cité et ville. Il s’applique à tout groupement d’habitations sans se soucier de sa taille. Le mot a donc probablement accompagné l’évolution de la cité mozabite dès son origine. On peut le distinguer dans le substantif composé ugyerman (pluriel, At iyerman), qui désigne tout Mozabite habitant une ville autre que celle du locuteur. On est forcément un ugyerman aux yeux de l’autre, de celui qui n’habite pas la même ville que la sienne. Lorsque le Mozabite se présente à un autre Mozabite dont il ignore l’identité, il se définit toujours par rapport à sa ville natale pour anticiper la question rituelle s’manac u-yrem ces ? “De quelle ville es-tu ?” Ce type d’échange confirme donc bien que l’appellation ayrem est celle qu’emploient usuellement les Mozabites et non pas le mot ksar (pluriel ksûr) comme le laissent penser la plupart des auteurs, à commencer par Ibn Khaldûn » (Cherifi, 2015, p. 164).[11]

Selon Cherifi le mot ksar serait aussi d’origine berbère :

« Contrairement à une idée reçue, ce mot n’est pas emprunté à l’arabe et il est plutôt le produit de l’arabisation du mot berbère (agsir) qui désigne une typologie géomorphologique : une pente de montagne qui donne accès à un ensemble d’habitations. À ce titre, on peut citer l’exemple de la ville de Ksar al-Boukhari, qui se situe au sud de Médéa, bâtie sur les hauteurs, sur le flanc d’une montagne. D’ailleurs, les Mozabites ne manquent jamais, et jusqu’à présent de la nommer lagsir. On peut dire la même chose de Ksar Challala qui n’est qu’une arabisation de l’appellation Agsir n’Challala. En tous cas et jusqu’à preuve du contraire, on n’a jamais relevé l’existence d’un palais ou d’un château comme le laisse suggérer le mot arabe qsar auquel on a attribué l’origine du mot ksar, ni dans ces endroits précis que nous venons de citer, ni au M’Zab, ni dans les autres régions du Sahara » (Cherifi, 2015, p. 165).

Au-delà des controverses étymologiques dans lesquelles se sont engagés les spécialistes, nos interlocuteurs ont confirmé l’emploi fréquent du mot aghrem à la place de ksar. En effet, il semble que le mot ksar soit relégué aux correspondances officielles, aux chercheurs, et aux étrangers. C’est d’ailleurs, ce que le président du conseil local des architectes de Ghardaïa nous a expliqué :

« (…) ksar, est un mot intrus au M’Zab. Nous, c’est aghrem qu’on utilise et non pas ksar. Aghrem en berbère/en tamzabt c’est la cité urbaine… » (fr.).

Le même discours a été adopté par un linguiste de Beni Isguen :

« (…) dans la vie quotidienne, les gens utilisent le mot aghrem. Le mot ksar est confiné aux correspondances administratives et officielles. Il est vrai que même les anciennes itifaqats utilisent le mot ksar, mais c’est parce que les itifaqats sont rédigées en langue arabe. Alors le mot ksar rime mieux avec le texte que le mot berbère aghrem. N’oubliez pas que nous, les Mozabites, sommes très arabisés… » (ar.) [S.T., Béni Isguen, 2016].

Le même point de vue a été défendu par un notable de Ghardaïa, qui insiste sur l’origine berbère du mot aghrem et aussi du mot ksar. Ainsi selon notre interlocuteur le mot ksar n’est qu’une arabisation du mot berbère aqçir, comme nous l’avons déjà mentionné :

« (…) Ksar c’est aqçir, qui veut dire un monticule, un mont, aqçir c’est une montée. Alors, tout aghrem a un aqçir, une montée […] Donc aqçar c’est faire allusion à la pente même si elle n’est pas construite, c’est juste une montée, mais aghrem c’est l’habitat sur une pente/montagne… » (fr.)[12]. [A. H, Ghardaïa, 2016].

Ce que nous retenons de ce dernier témoignage, c’est qu’aqçir est nommé ainsi en référence à la morphologie du terrain. Ainsi, le ksar qui serait, selon ces témoignages, l’arabisation d’aqçir, a pris le nom de la pente sur laquelle un aghrem est construit. Donc, aghrem représente la cité urbaine. Aqçir, quant à lui, est le terrain sur lequel aghrem est installé. De ce fait, un ksar ne peut être bâti que sur un terrain en pente, sinon il ne sera pas un aqçir. Notre interlocuteur a ajouté que « aghrem/akrem veut dire ‘‘cache toi’’, là, où on se cache » (fr.), en référence à la fonction défensive de celui-ci.

En conclusion de ces témoignages, nous soutenons que le premier élément définissant un ksar mozabite est la morphologie du terrain : monticule, colline, etc., une morphologie qui renvoie implicitement à sa fonction défensive.

Certains de nos interlocuteurs se sont distingués par leurs analyses du ksar. Ils expliquent que le mot aghrem concerne uniquement la ville ou la cité urbaine, sans son environnement, la palmeraie (tajemi), contrairement au ksar, qui, lui, concerne l’ensemble des deux :

« (…) moi quand je suis à la palmeraie et que quelqu’un me demande où je vais, je lui réponds, je vais à aghrem, pour désigner la cité urbaine, sans la palmeraie. Mais lorsque je suis en dehors du ksar, par exemple à Ghardaïa, en rentrant à Guerrara, je dis, je vais au ksar (aghrem et palmeraie). Je ne suis pas certain si cette terminologie est exacte, mais je pense qu’aghrem c’est uniquement la cité urbaine… » (ar.), [S.M., amin de Guerrara, 2016].

Ces propos ont été partagés par l’amin ‘arsh de Ghardaïa qui nous a confirmé qu’aghrem ne concerne que la cité urbaine, alors que le ksar est l’ensemble d’aghrem et tajemi/el ghabet (la palmeraie). A notre niveau, nous n’avons pu vérifier l’exactitude de telles déclarations puisque dans les dictionnaires que nous avons consultés, le mot aghrem a été défini comme ville/village sans préciser s’il s’agit de l’agglomération elle-même ou de l’agglomération et son environnement naturel. Alors, s’agit-il d’une particularité des cités sahariennes, puisqu’au nord (les villes du Tell) bien que le mot aghrem existe, comme l’a soulevé Marcel Mercier (1922, p. 37), il n’y a pas de palmeraie.

Par ailleurs, parmi nos interlocuteurs, il y a ceux qui perçoivent le ksar comme la retranscription dans un temps défini et sur un territoire déterminé d’un mode de vie particulier. Cette retranscription concerne les acquis d’une population, sa culture, sa religion, ses espoirs, son rapport au sacré et son idéologie.

« En général, un ksar c’est l’implantation sur le terrain d’un habitat avec toutes ses dépendances, ses espoirs, mais aussi une conception de la vie. En effet, toutes les modalités de vie qu’on veut installer dans un ksar sont déjà intégrées dans l’habitant lui-même “le ksourien”. Un ksar, c’est aussi la relation avec Dieu dans un temps déterminé. La continuité du ksar dépend de ce que ses habitants lui apportent de plus au fil du temps, et non pas uniquement, sur ce que les ancêtres ont laissé » (B. B., un architecte et notable, Guerrara, 2016).

Un nouvel élément a été ajouté à la notion du ksar et qui est la question de la temporalité, puisqu’un ksar est censé évoluer dans le temps. Cette évolution ne concerne pas uniquement l’aspect formel, en intégrant plus de commodités et d’habitations, mais aussi une évolution idéologique, de la pensée et des décisions prises par les habitants. Cette inertie interne explique d’ailleurs la création de multiples ksour dans un même espace, due en partie aux conflits idéologiques au sein de la même enceinte, conflits qui, dans la plupart des cas, enfantent une nouvelle cité, ayant sa propre idéologie.

En outre, l’ensemble de nos interlocuteurs définit le ksar en référence à sa composition humaine qui est automatiquement homogène. L’homogénéité de la population assure, semble-t-il, le maintien des liens sociaux entre les membres du même ksar. Elle devient de ce fait primordiale pour préserver un mode de vie commun, et assurer la cohésion du groupe. Allant dans cette perspective, un habitant nous a défini le ksar comme :

« Un espace bien limité où l’étranger peut se rendre, sans pour autant pouvoir s’y installer. Ce qui fait que le ksar est une homogénéité soit en termes d’habitat, et d’habitant, soit en termes de convivialité, car c’est lié à un mode de vie particulier. De ce fait le ksar est le lieu où les gens se connaissent. Car si les gens ne se connaissent pas il n’y a pas lieu de faire un ksar. Implicitement les gens ont des relations qui vont même jusqu’à une certaine consanguinité. » (H. I, Tafilelt, 2016).

Par ailleurs, un amin ‘arsh de Ghardaïa définit le ksar comme un lieu de mémoire, où les gens ont en partage une mémoire commune qui sert de mortier aux membres de la communauté. D’autres définissent le ksar suivant un critère d’autonomie fonctionnelle, économique, institutionnelle et idéologique. Mais aussi comme un équilibre de forces internes entre les différentes fractions qui composent le ksar. C’est d’ailleurs cet équilibre de force qui le maintient en vie. En effet, plus qu’une agglomération d’habitats et d’équipements, le ksar est un organisme vivant qui dépend de son environnement. Celui-ci ne peut prétendre à un développement sain sans prendre en considération l’environnement interne et externe qui le compose — son écosystème extérieur et l’équilibre des forces internes —. Ce qui explique d’ailleurs pourquoi les Mozabites ont créé plusieurs ksour distants les uns des autres et non pas un seul grand ksar. Car en partie, cela convenait mieux aux capacités du site, mais aussi parce que le pouvoir des clans ne permettait pas un étalement urbain. Cela risquait de conduire à un éclatement et à une division de l’entité sociale :

 « (…) Le ksar doit être autonome et renvoyer à l’évolution et au changement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Berriane et Guerrara, construits deux ou trois siècles après les ksour de la vallée, sont différents. L’objectif d’un ksar est d’assurer l’autonomie fonctionnelle ; une source d’eau, la mosquée, et le marché. La mosquée symbole du commandement spirituel de la cité, l’eau donne la vie, le souk symbolise la transaction interne et externe et est une source économique pour le ksar. À côté de la palmeraie, le grenier du ksar qui est le lieu de production alimentaire nécessaire à la survie de la communauté. Le ksar, c’est aussi un apport social et spirituel autant que matériel, puisqu’il y’a au sein du ksar toute une organisation sociale, politique et religieuse, encadrée par des institutions – ‘achiras, ‘azzabas… etc., ainsi que par des lois et des sanctions, ce qui procure au ksar une autonomie de décision. De ce fait, si la population d’un ksar (X) songe à changer le système de gouvernement et élire un roi, elle a la possibilité de le faire et personne ne peut l’en empêcher puisqu’elle a un pouvoir réel… » (fr.) [a expliqué B.B., un architecte mozabite, Guerrara, 2016].

En conclusion, suite à ces témoignages, nous pouvons dire que, pour les Mozabites, le ksar est un organisme autonome — à tous les niveaux —, dont la gestion est assurée par des institutions politiques, économiques, sociales et religieuses. Des institutions suffisamment puissantes pour pouvoir établir des lois – itifaqats –, et les faire appliquer. Autant d’aspects qui convergent vers l’idée d’un ksar/État à l’image de la cité-État de l’antiquité grecque. Pour autant, en s’adaptant au contexte actuel, le ksar a perdu une grande partie de son autonomie au détriment des institutions de l’État algérien.

Enfin, le dernier aspect sur lequel s’accordent nos interlocuteurs est l’aspect formel du ksar. Pour ces derniers, le ksar a des caractéristiques urbaines et architecturales particulières. Sur le plan urbain, le ksar est caractérisé par la « symbiose de son urbanisme avec le cadre environnemental » (Côte, 2002, p. 107), il est une sorte de « module reproductible à plusieurs exemplaires sur courte distance » (Côte, 2002, p. 107). Chaque module est autonome, limité, organisé en trilogie ; ksar (bâti), palmeraie (verdure) et oued (l’eau) (Côte, 2002, p. 107). Le ksar est situé sur un piton ou une croupe dominant la vallée, répondant ainsi à un intérêt défensif, mais qui permet également la préservation des ressources hydriques, des sols fertiles et protège la cité du risque d’inondation. La surface du ksar est délimitée par un rempart pourvu de portes et de tours de guet, un dispositif défensif et « symbole de fermeture idéologique de la cité » (Donnadieu, Didillon, 1977, p. 44).

 Fig. 5 : Illustration de l’organisation de l’implantation d’un ksar au M’Zab.

La cité est installée en hauteur sur un monticule et l’espace de la culture en bas, près de l’oued. Source : Nourdine Fekhar, Ghardaïa.

Le ksar est un groupement radioconcentrique, ayant une morphologie compacte conçue dans un esprit d’économie de foncier et d’intégration climatique et sociale. Il est doté d’une centralité mythique concrétisée par la mosquée qui structure et oriente le bâti mais également la communauté. La mosquée est construite sur le point le plus haut du piton, dont la domination est renforcée par un minaret de forme pyramidale. Les circulations se font par un réseau de rues, ruelles et impasses, régi par une hiérarchisation spatiale. Ces ruelles sont étroites, généralement couvertes afin de se protéger du soleil. La hiérarchie spatiale est doublée par une hiérarchie fonctionnelle : les fonctions publiques sont rejetées dans l’espace profane situé à la périphérie comme c’est le cas du souk (place du marché). Quant au centre, l’espace noble, il est réservé à la mosquée et à l’activité résidentielle.

Fig. 6 : Plans et extensions du ksar de Melika (ci-dessous, image du haut) et de Ghardaïa (image du bas), OPVM de Ghardaïa (Office de la promotion de la vallée du M’Zab), 2016.

L’architecture d’un ksar au M’Zab est caractérisée par la simplicité, la sobriété et l’intégration au contexte culturel, économique et naturel de la région. Ainsi que par une unité architecturale, marquée par des formes organiques aux lignes pures et une harmonie de couleurs et de textures.

Fig. 7 : Vue du ksar Béni Isguen.

© Nora Gueliane, 2015.

Deux facteurs,  le premier d’ordre socioreligieux, ont influencé l’organisation spatiale de la maison mozabite traditionnelle, et ont dicté les pratiques et usage des espaces qui lui sont associés. Le deuxième, d’ordre technique, est relatif aux matériaux et aux techniques employés dans la construction. Bousquet définit deux variables influentes quant à la pratique de l’espace du domicile mozabite, en fonction du sexe et de la saison (Bousquet, 1988, p. 263). La maison mozabite est tournée sur elle-même, close par des façades aveugles « c’est au ciel que la ville s’ouvre, et à l’intérieur que les façades s’exposent » (Benyoucef, 1992, p. 128). Elle est également marquée par la sobriété et la limitation au strict minimum, soit en espace ou en façades. Le principe d’organisation est le même pour toutes les maisons du ksar, avec des variations de plans suivant les besoins du ménage et le site d’implantation. L’entrée est marquée par une porte massive en bois de palmier, un seuil et une skifa (entrée en chicane) garantissant ainsi l’intimité des occupants, même quand la porte est ouverte (Donnadieu, Didillon, 1977, p. 75). L’entrée, donne accès à un espace central polyvalent amas n taddart (patio) dans lequel se déroule une grande partie de la vie quotidienne. Une ouverture dans le plafond couverte par un shebek (grille) assure aération et éclairage de cet espace. Le patio est entouré de pièces servant d’espace de travail pour les femmes ; coin de cuisson, écurie et le tisefri (séjour familial). Le rez-de-chaussée devient en cas d’absence de cave l’espace de séjour le plus frais durant l’été. Au premier étage sont aménagés chambres et réserve, ces pièces sont opaques vers l’extérieur et s’ouvrent sur une galerie appelée ikomar et une partie découverte tigharghart (cour du haut). L’étage dispose d’escaliers menant vers la terrasse, celle-ci est réservée uniquement aux femmes, elle est utilisée pour dormir durant l’été, pour cela elle est entourée d’un haut acrotère. Enfin, une pièce bien meublée d’un accès indépendant est réservée aux hommes, elle leur est aménagée soit au rez-de-chaussée dwira ou à l’étage la’li.

Une maison ne doit jamais surplomber une autre ou l’ombrer, de ce fait la hauteur ne dépasse guère 8 m. Il est proscrit d’afficher sa richesse à travers les matériaux ou le traitement de la façade de sa maison. En revanche, la richesse se déploie à l’intérieur des demeures. Les matériaux de construction utilisés sont issus du site, ce qui leur confère deux caractéristiques. D’un côté, « ils assurent l’intégration de la forme bâtie à son site par le biais de l’harmonie chromique » (Côte, 2005, p. 193). Ce qui implique une concordance générale entre le bâtiment et le paysage général. D’un autre côté, cela garantit une concordance entre le climat du lieu et « les propriétés thermo-physiques du matériau » (Côte, 2005, p. 193). Les Mozabites utilisent principalement la pierre, la timchent, la chaux et le bois.

Fig. 8 : Une maison traditionnelle à Ghardaïa.

Source : OPVM de Ghardaïa, 2014.

Conclusion

Au M’Zab, ksar, aghrem, aqçir ou tamdint sont des termes employés pour designer les agglomérations sahariennes dans lesquelles vivent les Mozabites depuis déjà un millénaire.

Au terme de cet article, se dégage la perception ou la définition que les Mozabites (ksouriens) ont du ksar.

Le ksar est ainsi un écosystème équilibré qui représente la projection dans l’espace d’un mode de vie particulier, d’une pensée, d’une idéologie à un moment donné de l’histoire – dans un temps défini —. Au plan humain, il s’agit de l’organisation dans un espace délimité d’une population homogène sous forme de clans et de fractions. Sur la base de cette organisation naît une organisation institutionnelle : ‘achiras, notables, ‘arsh, ‘azzabas. Ces institutions (religieuses et laïques) assurent la gestion du ksar et garantissent sa totale autonomie par rapport aux autres ksour ; elles gèrent également les différents aspects de la vie (politique, économique, morale et sociale). Elles ont le pouvoir de déclencher la guerre, de contracter des alliances, et d’établir des lois (ittifaqat). Cet aspect – institutionnel – du ksar a été relativisé, depuis l’indépendance (1962), en raison de la présence du pouvoir étatique. Sur le plan morphologique et formel, le ksar forme une trilogie avec son environnement naturel, l’oued, source d’eau pour la cité et sa palmeraie. La palmeraie (tajemi) constitue le grenier du ksar et son espace de villégiature et de refuge lors des grandes chaleurs d’été. Enfin, la cité qui prend le nom d’aghrem, en tant que milieu urbain et lieu de résidence principale pour les Mozabites. Cette trilogie (aghrem, oued, tajemi) forme une entité nommée le ksar.

La vallée du M’Zab est composée de cinq ksour, des modules reproductibles en plusieurs exemplaires sur de courtes distances. Chaque module est autonome, auto-gérable et limité.

Fig. 9 : Schéma d’interprétation du ksar et de son environnement réalisé à partir des résultats de témoignages.

© Nora Gueliane, 2018.

Le périmètre du ksar est délimité par un rempart pourvu de portes et de tours de guet, un dispositif défensif, mais aussi symbole de fermeture – idéologique – du ksar. D’ailleurs, c’est ce que les gens disent quand une personne se rebelle contre les normes et les institutions du ksar : « en dehors des murs du ksar tu fais ce que bon te semble, à l’intérieur tu te plies au ‘orf ».

Les ksour répondent essentiellement aux besoins naturels (climat, site, situation, environnement, besoins en eau), économique, social et culturel de leurs concepteurs. Ils sont ainsi la concrétisation dans l’espace de la vallée, d’un mode de vie propre, d’un savoir-faire, d’une organisation politique et institutionnelle particulière. C’est d’ailleurs ce qui fait la particularité du ksar comme mode d’organisation de l’espace et a permis sa pérennité durant mille ans, jusqu’à nos jours. De fait, aujourd’hui, à l’inverse de ce qui se passe ailleurs en Algérie, les villes du M’Zab ont pu conserver leurs cachets traditionnels, car, sans pour autant qu’elles soient immuables ou en rupture avec l’évolution contemporaine, la tradition est toujours en vigueur ; outre le fait que leur préservation est également due à leur classement au patrimoine de l’UNESCO. La tradition n’est qu’un cadre général d’habitude de pensée et d’actions qui évoluent inévitablement avec le temps. Ici on ne parlera pas de villes traditionalistes (espace fixé et figé en déphasage avec le temps) où on est soumis à la tradition, mais plutôt de villes traditionnelles où l’espace reflète visiblement la tradition (concrétisation d’un style de vie fondé sur les conditions de vie et des valeurs culturelles). Elles sont en fait le fruit à la fois de la communauté et de l’individu (Adad, Aiche, 2013, p. 6).

Bibliographie

ADAD Med. Cherif, AICHE Massoud, « L’influence des pratiques sociales mozabites sur l’organisation de l’espace ksourien », Faire la ville, n° 3, Université d’Oum El Bouaghi, p. 19-30, 2013.

BELGUIDOUM Said, BOUDINAR Aines, Les cités du Bas-Sahara. Éléments d’histoire urbaine. Les mutations de la ville saharienne [Approches croisées sur le changement social et les pratiques urbaines], Ouargla, Algérie, 2015 [https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01235648]

BEN YAHYA Hajj Ayoub Ben Brahim, risalat fi baadi aâraf wa adat oued M’Zab, Algérie, Association Nahda, 2009 (texte en langue arabe).

BENYOUCEF Brahim, Le M’Zab espace et société, Alger, Éd. IBD, 1992.

BOUSQUET Christian, « L’habitat mozabite au M’zab », Annuaire de l’Afrique du Nord, Centre national de la recherche scientifique; Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerrannéenes (CRESM) (éds.), Paris, Editions du CNRS, 1988, p. 257-269.

CAPOT-REY Robert, L’Afrique blanche française. II. Le Sahara français, Paris, Presse Universitaire, 1954.

CHEKHAB-ABUDAYA Mounia, Patrimoine architectural du Sud algérien : le « qsar », type d’implantation humaine au Sahara, Paris, Université Panthéon-Sorbonne, 2012.

CHERIFI Brahim, Le M’Zab : études d’anthropologie historique et culturelle, Alger, Sédia, 2015.

COTE Marc (dir.), La ville et le désert : le Bas-Sahara algérien, Paris, Aix-en-Provence, Karthala, IREMAM, 2005.

COTE Marc, « Une ville remplit sa vallée : Ghardaïa », Méditerranée, Tome 99, 3-4-2002, p.107-110,

DONNADIEU Catherine et Pierre, DIDILLON Henriette et Jean-Marc, Habiter le désert, les maisons mozabites, Bruxelles, Mardaga, 1977.

GRAVARI-BARBAS Maria (dir.), Habiter le patrimoine : enjeux, approches, vécu, Presses universitaires de Rennes 2005.

MAHROUR Illili, « Contribution à l’élaboration d’une typologie “umranique” des ksour dans le Gourara », Revue Inssaniyat, 51-52, 2011, https://insaniyat.crasc.dz/pdfs/n_51-52_mahrour-fr.pdf

MERCIER Marcel, La civilisation urbaine au M’Zab. Étude de sociologie africaine, Alger, Émile Pfister, 1922.

OULD EIDA Ahmed Mouloud, Ksour anciens de Mauritanie : Walâta, Wadân, Tishît et Shinqît, thèse de doctorat en sciences du patrimoine, Tunis, Université de Tunis, 2008.

OTHMAN Mohammed Abdessatr, Le fiqh d’urbanisme ibadite jusqu’à la fin du XIIe siècle, étude archéologique et architecturale, Oman, ministère des Affaires religieuses, 2014.

Glossaire de termes transcrits depuis l’arabe ou le berbère.

Termes Signification
‘achira Fraction, c’est l’ensemble des familles ayant un ancêtre commun.
‘azzabas Les ‘azzabas/un ‘azzabi, une institution religieuse chargée de la gestion de la vie spirituelle et morale des Mozabites.
amin Amin, pluriel les oumanas sont des experts qui « maîtrisent le droit coutumier et qui ont un rôle de médiation. Ils veillent à ce que les normes et les règles de construction soient appliquées et aplanissent les différends fonciers et de partage des eaux » (Oussedik, 2007). Les oumanas forment une institution traditionnelle apparue, selon notre interlocuteur de l’OPVM (Office de la promotion de la vallée du M’Zab) vers l’an 1306 sous le nom de oumana saïl wa el arch — les oumanas de l’Oued et du arch (le arch est employé ici pour désigner la cité, le ksar, la ville). Les oumanas d’el Oumran sont ainsi des spécialistes de la gestion de la construction à l’intérieur du ksar et de la palmeraie, suivant les normes de construction traditionnelles (le orf de la construction).
aghrem Mot berbère désignant ville/village, voir les pages précédentes.
aghrem n’at Yzjen Nommé aussi ksar de Béni Isguen, une des villes de la vallée du M’Zab.
aghrem n’at Bounour Nommé aussi ksar de Bounoura, une des villes de la vallée du M’Zab.
Berriane Une des villes du M’Zab, située à 40 km du chef-lieu Ghardaïa.
Guerrara Une des villes du M’Zab, située à 90 km du chef-lieu Ghardaïa.
itifaqats

 

Les itifaqat (un itifaq) signifiant accord. Il s’agit des lois mozabites rédigées par les institutions traditionnelles (laïques et religieuses) afin de garantir la bonne gestion des villes de la confédération.
ksar Ksar, pluriel ksour, voir les pages précédentes.
tijemi Veut dire palmeraie, elle est aussi nommée lghabet qui est une bérbéristation du mot arabe ghaba et qui signifie forêt.
Tajnint Nommé aussi ksar d’El Attef, une des villes de la vallée du M’Zab.
tamdint Tamdint est une bérbérisation du mot arabe médina et qui veut dire ville.
tamzabt Variante de la langue amazigh, parlée par les Mozabites.

[1] Intitulée de la thèse : Les nouveaux ksour de la vallée du M’Zab (1995-2016) : de la permanence et des mutations de la solidarité sociale dans leurs réussites et leurs échecs, soutenue en juin 2019, sous la direction d’Alain Mahé et de Maurizio Gribaudi, EHESS/ Centre de recherches historiques (CRH) et Centre des mouvements sociaux (CEMS), Paris.

[2] La terminologie employée fait l’objet d’un glossaire en fin d’article.

[3] L’Ibadisme est le dernier vestige d’un courant de l’Islam nommé le kharidjisme — les Ibadites sont désignés aussi par les khamsia (Amat, 1888, Chantre, 1910) issus du mot khamsa qui veut dire cinq, c’est-à-dire en dehors des quatre écoles orthodoxes —. Il est une branche minoritaire qui existe encore au M’Zab (Algérie), à l’île de Jerba (Tunisie), à Jabel Nafoussa (Libye), à Zanzibar et au Sultanat Oman – le seul pays musulman où l’ibadisme est religion d’État —. Pour plus de détails sur l’ibadisme nous renvoyons aux travaux d’Adam R. Gaiser, Tadeusz Lewicki, Roberto Rubinacci, Virginie Provest, John C. Wilkinson, Valerie Hoffman, Michael Cook, Abdulrahman Al Salimi, Pierre Cuperly, Cassalanti de Motylinski, Allaoua Amara, Emile Masquery, etc.

[4] Voir : Nora Gueliane, « Les oumanas. Le corps exécutif du ʻorf de la construction au M’Zab (Algérie) », Asinag, IRCAM (Rabat), 2019, pp.95-110.

[5] Maria Gravari Barbas (2005,  p. 357) distingue ainsi les « (…) ksour de Libye – ex. Ghadamès –, ksour du Tafilalet, du Draa, du pays d’Errachidia – ex. Goulmima, Tinejdad – au Maroc ; ksour de l’Atlas saharien algérien – monts des Ksour, Touat, Tidikelt, M’Zab – et du Sud tunisien (variante de greniers fortifiés). Les cités soudaniennes, de la rive sud du Sahara, sont apparentées à ce type architectural (Tombouctou, Djenné, cités de l’Aïr, du Ténéré, du Kanem Bornou). Elles constituent un riche et divers patrimoine architectural ».

[6] Jean-Pierre Van Staëvel cité par Chekhab-Abudaya, 2012. Van Staëvel Jean-Pierre, « Kasr (Maghreb) », Supplément à l’Encyclopédie de l’Islam, 2e édition, 2007, Leiden, Brill, p. 519-520.

[7] Il s’agit essentiellement du manuscrit du Sheikh Abu el Abbas Ahmed Ben Mohammed Ben Bakr Al Farstaï (?-1110) ; Kitab talkhiṣ al qisma wa uṣûl al araḍîn, p. 206 Le manuscrit a été étudié et rendu public sous la forme d’un livre écrit par Sheikh Bakir Ben Mohammed Sheikh Belhaj et le Dr Mohammed Ben Salah Nacer édité par l’association Tourath de Guerrara (deuxième édition de 1997). Il est accessible sur internet via le lien : http://ia800800.us.archive.org/8/items/youcef08/kisma-wasolalaradin.pdf

[8] Dans le livre de Takmil li ba’aḍi ma akhala bihî kitab nil du Sheikh Abdelaziz ben el Hadj Ibrahim Al Thamini (1717/18- 1808), p. 58.

[9] Voir le manuscrit du Sheikh Amhammed Ben Youcef Tfayesh (1821-1914) Mokhtaṣar fi ‘imarat el arḍ disponible à la bibliothèque Qotb de Béni Iguen, 27 ظ   à la fin du manuscrit.

[10] Ben Yahya Hajj Ayoub Ben Brahim, (2009), risalat fi ba’adhi a’rafi wa ‘adat oued MZab, Algérie, Association Nahda, 2009.

[11] Étymologiquement le mot de la langue amazight qui convient le mieux est le mot arem/aghrem qui signifie à la fois ville et village fortifié (Dray, 1998, p. 502). Ainsi, la même signification a été évoquée dans le dictionnaire mozabite-français de Delheure.

[12] Sur ce point un questionnement s’impose : s’il s’agissait d’une arabisation du Berbère comme Brahim Cherifi et nos interlocuteurs l’ont soulevé, alors comment se fait-il que le terme soit utilisé dans les sources arabes médiévales et dans des régions où les Berbères ne sont pas majoritaires ? Cela n’est-il pas lié à des discours de revendications nationalistes berbères au M’Zab ? Nous pensons en effet qu’on ne peut pas exclure le caractère politique de ce discours.

Citer cet article : Gueliane Nora, "Qu’est-ce qu’un ksar pour un Mozabite ?" dans Le carnet du Centre Jacques Berque, publié le 16 juillet 2019, https://cjb.hypotheses.org/698.

 

Image d’entête :  Souk de Ghardaïa en pleine activité, 2018. Source : Kacem Daddi Addoun, Ghardaïa.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.