Une forme urbaine marchable ? La performance morphologique des tissus urbains à l’égard de la marchabilité dans le contexte algérien

Radhwane Boukelouha
Doctorant à la faculté d’architecture et d’urbanisme,
Laboratoire ville et santé,

Université Salah Boubnider Constantine3, Algérie
Chercheur-invité à l’université Concordia, Montréal, Canada
radhwane.boukelouha@mail.com

L’étude de la marchabilité urbaine, tout comme son évaluation et sa mesure, est une thématique de recherche récente développée par de nombreux spécialistes de différentes appartenances disciplinaires. Nous nous intéressons dans cet article à la relation entre la forme urbaine et la marchabilité dans le contexte urbain algérien. Nous cherchons à comprendre et à identifier qu’est-ce qui rend la configuration tissulaire de nos villes plus favorable à la marche ; comment les caractéristiques morphologiques interagissent dans différentes configurations urbaines (traditionnelles ou modernes) pour faciliter la marche à pied ?

S’agissant d’une recherche académique en cours de réalisation, cet article tente de présenter dans un premier temps, l’ancrage théorique de la marchabilité urbaine en se concentrant sur la définition des concepts clés, et sur l’état de l’art. Ensuite, une attention sera accordée à l’exemple algérien et à ce qu’il pourra apporter au débat théorique et expérimental sur la question.

Introduction

Le présent article explique le contexte scientifique et théorique de notre recherche doctorale menée actuellement à l’université de Constantine[1]. Ce projet qui porte sur la relation entre la forme des tissus urbains et la marchabilité, entamé il y a quelques années, s’inscrit dans le domaine de la morphologie[2] des milieux bâtis : un ensemble d’approches qui étudie les formes spatiales et caractérise le cadre bâti. Kropf la définit ainsi :

« La morphologie urbaine fait référence à la forme d’une ville, y compris son architecture, la disposition de ses rues et ses différentes densités d’habitations » (Kropf, 2009, p. 108)[3].

La morphologie urbaine questionne l’origine des configurations urbaines, les continuités et les ruptures, ainsi que la relation entre ces configurations et les différents phénomènes urbains. Elle postule que l’analyse des formes spatiales permet la caractérisation d’une expérience socio-culturelle collective, et permet ainsi d’expliquer la conception et la physionomie particulière de chaque établissement humain (Gauthier, 2003). La morphologie urbaine s’intéresse à l’intégration de formes spatiales à différentes échelles ; une première intégration articule le bâtiment et le quartier immédiat, et une seconde relie le quartier immédiat et la ville dans son ensemble (Hillier, 1987, p. 206).

Comme mentionné, nous nous intéressons à la relation entre la forme des tissus urbains et sa capacité à faciliter le mouvement piétonnier, ou ce qu’on appelle dans les disciplines de l’urbanisme et du design urbain : la marchabilité urbaine. Quelle est la nature de cette relation configuration-marchabilité ? Y a-t-il des configurations tissulaires plus performantes à l’égard de la marchabilité ? Comment et pourquoi ? Dans sa recherche sur les méthodologies à explorer pour comprendre cette relation, Handy a souligné la nécessité d’analyser les éléments morphologiques qui influencent les choix des individus au lieu de se limiter aux simples comparaisons de forme entre les quartiers traditionnels et modernes (Handy, 1996, p. 162)[4].

La marchabilité ou le potentiel piétonnier a fait l’objet de plusieurs recherches notamment européennes (Chibane, Gwiazdzinski, 2015, p. 206) ; ce qui a eu des répercussions sur les modes de production de l’espace urbain dans ces villes ; ce n’est pas un hasard si aujourd’hui la conception des villes européennes est plus orientée vers la marche à pied et l’utilisation des transports collectifs. Les études sur la marchabilité en Afrique du Nord et en Algérie en particulier sont très rares. Nous pensons que cet exemple (ville nord-africaine à travers l’exemple d’une ville algérienne) constitue un exemple fort intéressant et riche en enseignements théorique et expérimentale. Cet exemple de ville qui témoigne d’un processus de formation et de transformation particulier (de la ville traditionnelle stratifiée à la ville nouvelle actuelle), est en mesure de contribuer à la réflexion sur la question de la marchabilité urbaine. Notre étude vise à apporter une contribution dans ce domaine et à proposer une nouvelle norme en matière de planification des villes nouvelles algériennes. Il ne s’agit pas de faire une étude morphologique classique mais une recherche qualitative adaptée par rapport à notre questionnement. Cette recherche a pour ambition d’identifier les éléments morphologiques qui font d’une forme tissulaire une forme performante[5] par rapport à la marchabilité ; une forme qui facilite et encourage les déplacements piétonniers. Nous pensons que ces éléments morphologiques une fois définis vont permettre de développer un cadre d’action applicable à nos espaces urbains.

Positionnement théorique

Afin d’expliquer le contexte théorique de la recherche, une définition des deux concepts-clés de notre question (forme urbaine, marchabilité) s’impose. Le concept de forme urbaine a été introduit dans les années 1970 sur la base de l’étude typologique de Venise élaborée par Muratori en 1959 ; il a été développé ensuite dans l’analyse typo-morphologique de Padoue, conduite par Aymonino et son équipe (Allain, 2004, p. 256). La forme urbaine à l’échelle du tissu urbain est définie dans le dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement comme : « l’ensemble des éléments du cadre urbain qui constituent un tout homogène » (Choay et Merlin,1988, p. 665). Spontanée ou planifiée, la forme urbaine est le résultat d’un processus continu de formation et de transformation d’un environnement urbain par une population donnée pendant un laps de temps bien déterminé. Kevin Lynch détaille ce propos en définissant cette notion comme étant :

 « l’organisation spatiale des personnes qui font des activités, les flux spatiaux de personnes, de biens et d’informations qui en résultent, ainsi que les caractéristiques physiques qui modifient l’espace de manière significative pour ces actions, notamment les enceintes, les surfaces, les canaux, les ambiances et les objets. De plus, la description doit inclure les changements cycliques et séculaires de ces distributions spatiales, le contrôle de l’espace et sa perception » (Lynch, 1998, p. 48)[6].

La forme urbaine ne se limite donc pas aux formes spatiales du cadre bâti comme la configuration des rues, des tissus et du bâti, elle est beaucoup plus complexe que cela.

Le terme de « marchabilité » est une traduction libre du terme anglais « walkability », et renvoie au concept de potentiel piétonnier. C’est la mesure de la capacité d’un milieu à faciliter les déplacements utilitaires à pied[7]. Il se rapporte aux caractéristiques d’un milieu accessible à la marche, confortable, sécuritaire, permettant aux personnes d’atteindre des destinations variées dans un délai raisonnable, tout en leur offrant un intérêt visuel (Southworth, 2005). La marchabilité est aussi un concept qui se rapporte aux mesures de la facilité de la marche, il a été récemment adopté par les urbanistes pour promouvoir des environnements urbains durables de communication, de sociabilité et recréation par le mouvement piéton comme élément de base (Rafiemanzelat, Emadi, et Kamali, 2017).

Or, la signification du concept dans les textes scientifiques n’est pas univoque et varie d’un auteur à l’autre ; il s’agit d’un concept polysémique où la diversité des attributs, des caractéristiques et indicateurs de définition et de mesure se relève dans les écrits sur la marchabilité. Ce qui définit un espace marchable pour les uns n’est pas forcément le même pour les autres chercheurs. Cela est dû à plusieurs raisons, notamment à l’appartenance disciplinaire et au background du chercheur, à son intérêt pour la recherche, aux conditions liées à la faisabilité, aux organismes pour qui la recherche est menée etc. Cette ambiguïté, le manque de clarté et l’absence d’une définition commune du concept ont été signalés par plusieurs chercheurs (Forsyth, 2015, p. 2). Cela pose un problème dans la traduction opérationnelle du concept, avec toutes les conséquences que cela engendre sur les pratiques professionnelles notamment en design urbain.

Il est à préciser que le terme de marchabilité ne signifie pas un nombre important de piétons dans l’espace. On peut avoir des rues très parcourues mais pas forcément marchables au sens scientifique du terme. Un environnement marchable est un environnement plus facile et accessible à la marche et qui invite et encourage les individus à marcher plus. Dans la recherche de Lo, portant sur les discours et définitions de la marchabilité réalisée aux États Unis, celui-ci signale les contradictions entre les outils de planification favorisant un maximum d’espace pour les piétons, et donc une faible densité de piétons et d’activités, d’une part, et les discours qui encouragent la densité élevée des piétons pour les perceptions de confort et de sécurité (Lo, 2009, p. 149). À cet égard, et compte tenu des attributs et conditions de la marchabilité qui soulignent l’importance du confort et de la sécurité des rues pour rendre la marche facile, nous pensons que la forte présence humaine est d’une grande importance pour des espaces urbains marchables. Cependant, cette dernière ne définit pas la marchabilité d’un espace. De plus et au-delà d’un certain seuil, la forte présence de piétons peut rendre la marche difficile, inconfortable, voire impossible dans certains cas.

Forme urbaine et performance à l’égard de la marchabilité

D’après Ewing, la marchabilité est déterminée à la fois par les caractéristiques physiques de l’environnement bâti, les qualités du design urbain mais aussi par les réactions individuelles ou la perception de ces caractéristiques par les piétons traversant l’espace (Ewing et al., 2006, p. 224)[8]. Ce qui constitue un premier niveau de compréhension et divise les variables de la marchabilité en deux catégories : objectives et subjectives. Notre recherche porte sur la morphologie urbaine et donc s’intéresse aux caractéristiques objectives et plus particulièrement aux propriétés physiques et spatiales du cadre bâti. Les recherches montrent que pour être marchable, l’environnement construit doit avoir des attributs, des qualités comme l’accessibilité, l’esthétique, la sécurité et le confort. Dans son étude portant sur les rues commerciales de Boston, Mehta a constaté que la marchabilité d’un environnement urbain est affectée par quatre types de facteurs : la faisabilité des déplacements, l’accessibilité des destinations, le niveau de sécurité dans les parcours, l’utilité du parcours et l’impression de confort et de plaisir que le piéton perçoit le long du parcours (Mehta, 2008). Les mêmes qualités ont été soulignées bien avant, par Alfonzo : les cinq niveaux de besoins des piétons[9] (Alfonzo, 2005).

La forme urbaine influe quant au choix de marcher vers une destination, surtout pour les destinations de première nécessité. L’aspect le plus évident de la forme urbaine et le plus important est, d’après Handy, la distance à parcourir entre la maison et la destination (Handy, 1996). Aussi, les facteurs liés à la morphologie urbaine comme l’enceinte, la longueur des blocs et les conditions de bord ont été jugés cruciaux pour créer la perception d’un quartier accessible (Singh, 2016) et donc marchable. Dans ce même contexte, de nombreuses études ont montré que des îlots plus petits et un réseau de rues urbain à granulométrie plus fine densément interconnectées peuvent favoriser des taux de marche plus élevés (Kerr et al., 2007 ; Yesiltepe and Ozbil, 2015). Aussi, une densité résidentielle plus élevée et des rues plus petites autour de la maison, et des distances plus courtes par rapport à la nourriture et aux commerces quotidiens sont des facteurs affectant la performance des tissus par rapport à la marche à pied (Moudon et al., 2006).

Parmi les nombreuses variables définissant la marchabilité, on retrouve les éléments suivants dans la littérature scientifique : la densité (résidentielle et humaine), l’affectation des sols (land-use) et la connectivité du réseau viaire ; ce sont les variables principales et les plus citées pour la mesure et la caractérisation objective de la marchabilité urbaine (Chibane et Gwiazdzinski, 2015 ; Ewing et al., 2006 ; Frank et al., 2005). Dovey et Pafka confirment ce propos avec ce qu’ils appellent le DMA, ils définissent la marchabilité urbaine par le biais de trois principaux facteurs : la densité des personnes et du bâti, le mélange des affectations du sol, et l’accès au réseau viaire (Dovey et Pafka, 2019, p. 2). Ils considèrent ces trois éléments comme étant les plus importants car permanents et résistants aux changements dus au développement de la ville. De l’autre côté, la configuration tissulaire ou la forme géométrique des tissus est une variable déterminante pour caractériser la marchabilité ; des travaux récents ont montré que, plus que les autres modes de transport, la marche est fortement impactée par les configurations spatiales (Lord et al., 2015). Dans ce cas, nombreuses sont les recherches explorant les mesures spatiales métriques (les distances entre la fonction résidentielle et les destinations par exemple) et d’autres qui recourent aux mesures topologiques et visuelles de la Space-Syntax[10].

Si le thème de la marchabilité est très développé en Occident, il demeure en Afrique du Nord et en Algérie très peu abordé, et mérite donc d’être développé ; notre recherche essaye de combler ce gap en traitant de cette relation ambigüe dans un nouveau contexte urbain. Nous pensons que le cas de la ville algérienne avec sa richesse morphologique, la diversité des typologies urbaines et architecturales, est un exemple riche en leçons en matière de marchabilité. Parmi les formes urbaines et tissulaires qui composent la ville algérienne, quelles sont celles qui sont les plus favorables à la marche ; les traditionnelles, les coloniales ou les modernes ? Les spontanées ou les planifiées ? Abordons à présent ce qui caractérise cet exemple de ville.

La ville algérienne : un artefact morphologique particulier

Décrire ce qui caractérise la ville algérienne, ce qui la rend particulière, n’est pas un simple exercice. Cela touche à la fois à l’histoire et à la planification urbaine de ce pays aux conditions de développement particulières. Cela questionne aussi les conditions de naissance, de formation et de transformation des environnements urbains, ce qui n’est pas l’objet de cet article. Par contre, aborder la relation entre la forme de la ville algérienne et la marchabilité nous intéresse particulièrement, et surtout comment cette dernière s’est adaptée par rapport à l’évolution des modes de déplacement urbain dans le temps. Comment sa configuration s’est transformée avec l’arrivée des moyens mécanisés de mobilité ? Et comment ces changements modaux ont affecté la marchabilité urbaine dans cette ville maghrébine ? Ces questionnements peuvent orienter notre réflexion vers deux pistes principales ; la première concerne ce qui caractérise la ville algérienne du point de vue morphologique, tandis que la deuxième questionne la relation avec la marchabilité, à travers la comparaison entre les différentes configurations urbaines.

L’Algérie qui est un des pays de la rive sud de la Méditerranée les plus riches par ses ressources naturelles, a attiré depuis l’antiquité, l’intérêt pour son territoire, et a connu la succession de plusieurs civilisations et colonisations. Ces dernières ont laissé des traces encore visibles qui témoignent de leur passage et occupation. Les formes et empreintes matérielles héritées de cette succession civilisationnelle rendent la ville algérienne unique, singulière et particulière.

Afin de donner une brève idée sur les traits communs de ce qu’on peut appeler, la forme urbaine algérienne en relation avec la marchabilité urbaine, trois grandes familles de configurations urbaines peuvent être définies ; nous les décrivons à travers deux villes analysées par notre recherche : la ville de Constantine et la ville nouvelle Ali Mendjeli[11], les deux villes font partie de la wilaya de Constantine, située à l’est de l’Algérie, à environ 450 km de la capitale Alger.

– La configuration traditionnelle est une configuration moyenâgeuse qui date généralement de la période turque-ottomane[12]. Du point de vue morphologique, ce modèle spatial est conçu par rapport à la marche à pied vu l’inexistence des modes de déplacement mécanisés à l’époque, avec une structure viaire organique de forme arborescente, des rues étroites de différentes largeurs en fonction de l’importance du parcours, une architecture adaptée par rapport au climat chaud. Cette typologie est représentée dans notre recherche par les tissus de la vieille ville de Constantine (quartier El Souika) (cf. fig.1). La configuration tissulaire de ce modèle spatial ne semble pas très accessible et facile pour la marche, à cause de son tracé arborescent complexe. Nous avançons l’hypothèse que malgré sa complexité apparente, cette configuration spatiale englobe les germes et caractéristiques d’une forme tissulaire marchable.

Figure 1. Quartier El Souika à Constantine, un exemple de tissu urbain traditionnel.

Source : Direction de l’urbanisme et de l’architecture de la ville de Constantine, 2016.

– La configuration coloniale est le produit spatial et culturel issu de la présence coloniale française (1830-1962) et correspond à une configuration qui appartient à un modèle de production spatiale très différent par rapport à la configuration traditionnelle. Ce modèle se retrouve dans la plupart des villes coloniales françaises en Algérie et ailleurs. Les villes algériennes sont très représentatives de cette typologie morphologique vu le nombre important de villes et villages coloniaux. Cette typologie est caractérisée, en plus des attributs de l’urbanisme et de l’architecture coloniale, par une adaptation de l’espace urbain aux nouvelles exigences de la motorisation des villes, réduisant ainsi l’importance accordée à l’espace piétonnier au profit de nouvelles formes urbaines conçues pour le nouvel arrivant de la ville : la voiture individuelle. Au début de cette phase, beaucoup d’efforts ont été fournis par les concepteurs pour préserver la place des piétons et maintenir une architecture urbaine avec le rapport de la façade à la rue, et la continuité entre les différents composants du système viaire. Ensuite, l’influence de l’architecture et de l’urbanisme moderniste, notamment avec l’apparition des grands ensembles, constitue le début d’une métamorphose de l’espace urbain, engendrant une mécanisation importante des tissus urbains et une perte progressive de la marchabilité. Cette transformation va influencer les structures spatiales ultérieures de l’Algérie postindépendance. La typologie coloniale est représentée dans notre recherche par les tissus urbains de cette période dans le centre-ville de Constantine (cf. fig. 2).

Figure 2. Photo aérienne du centre-ville de Constantine.

Source : Direction de l’urbanisme et de l’architecture de la ville de Constantine, 2016.

– La configuration planifiée est le produit de différentes politiques volontaristes que le pays a instauré depuis l’indépendance ; on peut citer les ZHUN (zones d’habitat urbain nouvelles) apparues dans les années 1970, les lotissements d’habitat individuel initiés à partir de 1990 et les villes nouvelles instaurées après 2000. Une forme urbaine influencée par le modèle moderniste occidental orienté principalement vers un usage dominant de la voiture individuelle pour les déplacements urbains et interurbains. Cette typologie urbaine et architecturale planifiée est représentée par l’exemple de la ville nouvelle Ali Mendjeli (cf. fig. 3). Selon notre hypothèse, cette typologie, malgré sa forme à prédominance maillée et connectée, n’est pas performante pour la marche à pied.

Figure 3. Photo aérienne de la ville nouvelle Ali Mendjeli.

Source : Google Earth pro, date: 29/03/2018.

La forme tissulaire de la ville Ali Mendjeli est-elle moins performante à l’égard de la marchabilité ?

Marcher à Ali Mendjeli (cf. fig. 4) n’est pas facile. En observant son réseau viaire, il est clair que la ville a été conçue pour être parcourue principalement par la voiture individuelle. Avec ses larges boulevards et rues, la ville ne semble pas suivre une logique de mobilité basée sur l’économie de l’espace, la connectivité entre les différentes parties et la marchabilité. Elle s’étend sur une surface de 1500 ha rendant difficile le déplacement sans l’automobile entre les différents quartiers et destinations. En effet, le paysage de cette ville est dominé par le nombre important de véhicules, les embouteillages et les bouchons routiers. Nous intéressant au rapport entre la forme de ses tissus et la pratique de la marche, nous pensons que cette forme tissulaire a un potentiel piétonnier faible. Mais, comment peut-on montrer que la forme des tissus rend la marche difficile ? En d’autres mots, comment caractériser cette performance à l’égard de la marchabilité urbaine ?

Figure 4. La ville nouvelle Ali Mendjeli.

© Boukelouha, 2017.

Nous pensons que la mesure de la performance morphologique de la ville nouvelle Ali Mendjeli par rapport à la marchabilité, est possible par une « comparaison » entre plusieurs tissus urbains dont le processus morphologique et morphogénétique[13] est différent. Cela va permettre d’analyser plusieurs configurations spatiales par rapport à la marchabilité et de quantifier la performance de chaque configuration à cet égard. Pour cela, nous avons jugé utile d’opter pour une analyse morphologique comparative entre la ville nouvelle Ali Mendjeli et la ville traditionnelle de Constantine[14].

Notre hypothèse avance que les propriétés morphologiques de la ville nouvelle Ali Mendjeli – planifiée pour la voiture individuelle – ne favorisent pas la marche à pied, et en les comparant avec les tissus urbains de Constantine – notamment les tissus traditionnels et les tissus de la période coloniale-, nous assistons à un rendement décroissant à l’égard de la marchabilité. Cela suppose que la logique de production de l’espace est en grande partie responsable du potentiel piétonnier de ces formes urbaines. Cela veut dire aussi que les configurations tissulaires traditionnelles et coloniales sont plus performantes que celles de la ville nouvelle. La comparaison entre ces configurations urbaines dont la nature morphogénétique est différente nous explique les raisons de cette performance et nous renseigne sur la nature de cette relation complexe. Nous cherchons à démontrer que la configuration maillée, définie dans la littérature scientifique comme plus favorable à la marche, peut ne pas être performante si cette dernière est conçue par rapport à la voiture et non par rapport à la marche. De l’autre côté, la configuration organique, définie quant à elle comme peu marchable, peut être performante si elle est conçue pour faciliter les déplacements piétonniers. Nous pensons que le principe de marchabilité est générateur de forme ; une forme urbaine conçue pour la marche à pied (même si cette dernière est arborescente comme l’exemple des tissus traditionnels en Algérie) est performante à l’égard de la marchabilité.

Conclusion : l’intérêt de la recherche pour le débat sur la marchabilité

Notre recherche se veut une contribution théorique aux recherches traitant de la relation entre les caractéristiques de la forme urbaine et la marchabilité, et cela en étudiant un nouveau contexte urbain : la ville algérienne. L’intérêt d’étudier cette relation à travers la ville nouvelle Ali Mendjeli réside dans le fait que sa typologie représente à la fois la forme des projets urbanistiques et architecturaux récents en Algérie, les pratiques de conception et de design urbain, et les politiques de planification urbaine. Il est vrai que cette question de recherche traite un aspect bien précis et touche à une échelle spatiale locale et limitée. Cependant, cette dernière permet de générer des réflexions profondes sur la manière de faire de l’urbanisme et de l’architecture en Algérie et en Afrique du Nord, et permet ainsi des retombées plus importantes qui renvoient aux problématiques d’actualité telles que le développement urbain durable et le réchauffement climatique.

Cette contribution à la recherche a également comme objectif d’identifier les éléments de la forme urbaine favorisant ou non la marche à pied en ville et de mesurer le potentiel piétonnier de chaque forme analysée. Elle se veut aussi une contribution empirique quant à la compréhension de la réalité urbaine de la ville Ali Mendjeli, et ceci par un travail expérimental comparatif ; la recherche a pour ambition de proposer également une feuille de route pour améliorer les conditions de la marche à Ali Mendjeli pouvant être généralisée.

Notre contribution est aussi méthodologique ; elle propose des outils qui permettent de mesurer et de caractériser de manière précise les propriétés de la forme urbaine liées à sa capacité de générer du mouvement piéton, la combinaison entre plusieurs approches morphologiques historiques et configurationnelles, la lecture morphologique par rapport à la question de la marchabilité ; la comparaison entre plusieurs formations tissulaires pouvant ouvrir de nouvelles pistes de recherche.

Si la marchabilité urbaine semble aujourd’hui un choix de planification « par défaut » pour beaucoup de villes au monde, en Algérie, ce concept est pris à la légère aussi bien dans la scène académique qu’opérationnelle. Il y a très peu de recherches sur la marchabilité et les piétons en Algérie. Notre recherche est une des premières recherches sur la question en Afrique du Nord, ce qui constitue une contribution à l’échelle locale et régionale. Sur le plan international, l’exemple de la ville algérienne, maghrébine et nord-africaine avec sa morphologie spécifique, constitue un nouveau contexte urbain et un exemple pertinent pour l’étude de la marchabilité urbaine. Notre recherche contribuera sans doute au débat sur la question de la marchabilité en relation avec la forme urbaine.

Notre analyse, en cours de réalisation, mobilise un ensemble de méthodes quantitatives et qualitatives pour mesurer des variables qui nous permettent de quantifier la performance morphologique des tissus-échantillons à l’égard de la marchabilité. La présentation de ces analyses et résultats fera l’objet de publications futures.

Bibliographie

ALLAIN Rémy, Morphologie urbaine, géographie, aménagement et architecture de la ville, Paris, Armand Colin, 2004.

ALFONZO Mariela A., « To Walk or Not to Walk? The Hierarchy of Walking Needs », Environment and Behavior, n° 6, 37, 2005, p. 808–836.

CHIBANE Sami Ramzi, GWIAZDZINSKI Luc, « La marche enjeu de santé publique et de qualité de vie. Importance d’une analyse spatialisée de la ‘‘marchabilité’’. Le cas de l’agglomération grenobloise », Géocarrefour, n° 3, 90, 2015, p. 203-216.

DOVEY Kim, PAFKA Elek, « What is walkability ? The urban DMA », Urban Studies, 2019, doi: 10.1177/0042098018819727.

EWING Reid et al., « Identifying and Measuring Urban Design Qualities Related to Walkability’ », Journal of Physical Activity and Health, n° 3, 1, 2006, p. 223–240.

FORSYTH Ann, « What is a walkable place? The walkability debate in urban design », Urban Design International, n° 4, 20, 2015, p. 274- 292.

FRANK Lawrence D. et al., Linking objectively measured physical activity with objectively measured urban form, American Journal of Preventive Medicine, n° 2,18, 2005, p. 117-125.

GAUTHIER Pierre, Le tissu urbain comme forme culturelle : morphogenèse des faubourgs de Québec, pratiques de l’habiter, pratiques de mise en œuvre et représentations, thèse de doctorat : Université McGill, Montréal, 2003.

HANDY Susan, « Methodologies for exploring the link between urban form and travel behavior », Transportation Research Part D, n° 2, 1, 1996, p. 151-165.

HANDY Susan, « Urban Form and Pedestrian Choices: Study of Austin Neighborhoods », Journal of the Transportation Research Board, 1552, 1996, p. 135-144.

HAQ Saif, BERHIE Girmay, « Space syntax investigation of Lubbock, a grid-like American city and some insights into isotropic layouts », Journal of Urban Design. Routledge, n° 1, 23, 2018, p. 5–22.

HILLIER Bill, « La morphologie de l’espace urbain : l’évolution de l’approche syntaxique », Arch & Comport/ Arch.Behav, 3, 1987, p. 205-216.

KERR Jacqueline et al., « Urban form correlates of pedestrian travel in youth: Differences by gender, race-ethnicity and household attributes », Transportation Research Part D: Transport and Environment, n° 3, 12, 2007, p. 177–182.

LO Ria Hutabarat, « Walkability: What is it? », Journal of Urbanism, 2, 2009, p. 145-166.

LORD Sébastien, RAVALET Emmanuel, KLEIN Olivier et THOMAS Rachel, « Marche et environnements urbains contrastés : perspectives internationales et interdisciplinaires. Introduction », Environnement Urbain/Urban Environment, 9, 2015, p. 1-7.

MEHTA Vikas, « Walkable streets: pedestrian behavior, perceptions and attitudes », Journal of Urbanism: International Research on Placemaking and Urban Sustainability, n° 3, 1, 2008, p. 217-245.

MERLIN Pierre, CHOAY Françoise, Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, Presses Universitaires France, 1988, 723 p.

MOUDON VERNEZ Anne, LEE Chanam, CHEADLE Allen D., GARVIN Cheza, JOHNSON Donna, SHMID Thomas L., WEATHERS Robert D., and LIN L. in « Operational Definitions of Walkable Neighborhood: Theoretical and Empirical Insights », Journal of Physical Activity and Health, 3, 2006, p. 99-117.

RAFIEMANZELAT Reihaneh, EMADI Maryam Imani, KAMALI Aida Jalal, « City sustainability: the influence of walkability on built environments », dans 3rd Conference on Sustainable Urban Mobility(26 – 27 May 2016, Volos, Greece), Transportation Research Procedia, 24C, 2017, p. 97–104.

RAYNAUD Dominique, « Forme urbaine : une notion exemplaire du point de vue de l’épistémologie des sciences sociales », Langages singuliers et partagés de l’urbain, 1999, p. 93-120.

SINGH Richa, « Factors Affecting Walkability of Neighborhoods », dans Urban Planning and Architecture Design for Sustainable Development (14- 16 October 2015), Procedia – Social and Behavioral Sciences, 216, 2016, p. 643 – 654.

SOUTHWORTH Michael, « Designing the Walkable City », Journal of Urban Planning and Development, 131, 2005, p. 246-257.

YESILTEPE Demet, OZBIL Ayse, « The effects of perceived and objective measures of home-environment on transportation and recreational walking among children », dans Proceedings of the 10th International Space Syntax Symposium, 2015, p. 1-15.

[1] Sous la direction des professeurs Belkacem Labii (Université Constantine 3, Constantine) et Pierre Gauthier (Université Concordia, Montréal).

[2] Le terme « morphologie » est une expression générique utilisée dans différentes disciplines pour qualifier l’étude de la forme (Gauthier, 2003, p. 9).

[3] Dans le dictionnaire des sciences sociales publié par l’université d’Oxford, la morphologie urbaine est définie comme suit : “Urban morphology refers to the shape of a city, including its architecture, layout of streets, and different densities of habitation” (Kropf, 2009, p. 108). Traduction par l’auteur.

[4] […] “Future research should explore how individual elements of urban form or sets of interrelated elements might influence travel choices, rather than simply comparing the effects of traditional versus conventional Neighborhoods” (S. Handy, 1996, p. 162), traduction par l’auteur.

[5] Par performante, on sous-entend la capacité de la forme tissulaire à assurer les conditions nécessaires pour des déplacements faciles, confortables, sécuritaires et agréables.

[6] […] “I will take the view that settlement form is the spatial arrangement of persons doing things, the resulting spatial flows of persons, goods, and information, and the physical features which modify space in some way significant to those actions, including enclosures, surfaces, channels ambiences, and objects. further, the description must include the cyclical and secular changes in those spatial distributions, the control of space, and the perception of it” (Lynch,1998, p. 48), traduction par l’auteur.

[7] Le potentiel piétonnier d’un milieu ne tient pas compte du nombre des déplacements effectués à pied ; il considère plutôt les éléments qui sont reconnus comme favorisant la marche. Il est possible qu’un quartier très convoité et parcouru soit avec une faible marchabilité. Source : http://collectivitesviables.org/articles/marchabilite-et-potentiel-pietonnier.aspx (date de consultation : 10-02-2019, 13 :12).

[8] Les réactions individuelles, influencées par les caractéristiques physiques et les perceptions de ces caractéristiques physiques ne peuvent pas être mesurées par la simple observation de l’environnement bâti, mais aussi en analysant les caractéristiques des individus. C’est l’ensemble de ces facteurs, caractéristiques physiques, qualités formelles et réactions des individus, qui déterminent le niveau de la marchabilité que nous considérons comme la façon dont les personnes perçoivent leur environnement comme un lieu de marche. (Ewing et al., 2006, p. 224), traduction par l’auteur.

[9] La faisabilité, l’accessibilité, la sécurité, le confort et le plaisir.

[10] La syntaxe de l’espace (Space Syntax) est un ensemble d’outils et de théories développés par une équipe de chercheurs à l’UCL (University College de Londres) pour analyser les espaces urbains et architecturaux. Son principe se fonde sur le postulat que la morphologie spatiale influence la distribution de la fréquentation des espaces, et les utilisations et les occupations engendrées (Hillier et al., 1993).

[11] La métropole historique de l’est algérien – Constantine – est une ville riche en typologies urbaines et architecturales, et Ali Mendjeli est une entité urbaine récente qui représente la typologie urbaine algérienne en matière de planification urbaine. Malgré leur appartenance diachronique différente et leur physionomie contrastée, la proximité géographique des deux villes, leur appartenance au même territoire géographique, urbain, socio-économique et culturel sont parmi les raisons de leur choix.

[12] On retrouve cette typologie dans la majorité des villes algériennes. Il y a aussi la typologie maillée-orthogonale héritée de l’époque romaine. Il y a des villes algériennes qui ont connu une superposition des deux modèles. Dans notre recherche, le terme morphologie ou configuration traditionnelle renvoie à cette typologie turque-ottomane.

[13] Les processus morphologiques et morphogénétiques renvoient à la formation et à la transformation d’une forme urbaine au cours de son développement.

[14] La ville traditionnelle de Constantine englobe deux typologies différentes avec les tissus des deux périodes précoloniale et coloniale.

© Image d’entête, photographie de l’auteur. Ville de Constantine, septembre 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.